Face O faces B

by L'1consolable

supported by
subscribers:
/
  • Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.

     €5 EUR  or more

     

1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
10.
11.
12.

credits

released 17 December 2012

Textes: L'1consolable
Musique: Da Beatminerz (track 1) / Gramatik (track 2) / Vanderslice (track 3) / DJ Muggs (track 4) / Gramatik (track 5) / Dr. Dre (track 6) / Gramatik (track 7) / Teddy Roxpin (track 8) / Apathy (track 9) / Anomeric (track 10) / Le MELODiST (track 12)

Mixé par L'1consolable (sauf track 12 mixée par Le MELODiST)
Masterisé par L'1consolable (sauf track 12 masterisée par Le MELODiST)
Un grand merci au MELODiST pour sa précieuse aide.

Réalisation graphique pochette: Gaëlle Yin
Photo pochette: Jean-Paul Berger

tags

license

all rights reserved

feeds

feeds for this album, this artist

about

L'1consolable Paris

De bons vieux beats hip-hop matinés de jazz, de blues, et de bossa-nova côté musique, le travail aliénant et la critique de la société de consommation côté textes, L'1consolable chante la violence d'une société qui la pratique au quotidien tout en la prêtant à ceux qui se retournent contre elle. Il chante sa désertion du marché du travail et des supermarchés, ainsi que son goût pour la paresse. ... more

contact / help

Contact L'1consolable

Download help

Track Name: Le temps d'me présenter (L'1consolable / Da Beatminerz)
Imagine: une ligne de basse, un truc simple et efficace, comme ça, et puis un sample qui arrive un peu plus tard, style un bon vieux riff de guitare, et un M.C aussi, sur le quai du R.E.R A, à Chatelet-les-Halles, qui galère en attendant le R.E.R pour Fontenay-sous-Bois. Il est là avec son poste à cassette; il pose sa casquette; il monte le son; il prend une bonne inspiration...

Si tu veux savoir comment c'était quand j'ai commencé:
il y avait des gars qui dansaient
sur la place carrée, maintenant c'est
laissé à l'usage des commerçants et
de leurs commerces censés
transmettre un bien-être proportionnel à ce qu'on y a dépensé!
C'est insensé!
Avant tant de gens se lançaient,
freestylaient, calés sur les quais du A et du B à Chatelet, on recensait
v'là le tas d'anonymes du rap français,
eux, la demande, ils la devançaient,
ils rappaient machinalement et
sans y penser,
c'était un besoin qu'on ressentait, et le son s'en ressentait,
on rappait pour autre chose que pour te faire la leçon, ou pour se vanter,
c'était tant étonnant par l'inventitivité que ça transmettait,
pour rapper on restait à Paris les vacances d'été!
On kiffait sans se presser, et sans sstresser,
sans s'empresser et sans dresser
des plans sur la Planète Rap, sans engraisser
ces grans PD de la vente de CD,
sans en laisser une miette durement becquetée,
sans céder des parts à ces obsédés de bé-bar, qui dès le départ
nous ont baisé et se marrent,
eux ils se tapaient des barres
parce qu'ils palpaient des barres,
vu qu'ils se gardaient les trois quarts de ce qu'ils vendaient! Et l'art
s'est fait vilipender, si tu veux vraiment savoir comment c'était avant les
trente glorieuses du rap français,
il va falloir te documenter,
plutôt que d'écouter toutes ces conneries, oui ces faux-culs mentaient:
Skyrock n'a rien inventé!
Ouais avant tes rappeurs patentés,
de vrais gars scandaient des phrases sensées sur base de jazz samplé,
et ça ressemblait à quelque chose, hélas tout a changé!
La Fouine pourrait me refiler ses CD gratuits, que je ne serais pas tenté!
La belle époque du terrain vague de La Chapelle évoque
cette vague d'avant-gardes culturelles, c'était le choc,
prends garde, elle s'est absentée
du paysage du rap français,
durs les virages, puis la pente et
l'aterrissage pue la vente éhontée,
je crois qu'on s'est grave plantés!
Le message on l'a chanté, puis on l'a planté
que le bord du chemin que jadis on arpentait
vers de meilleurs lendemains,
oui, et puis on s'est mis à ressembler
aux vendus du rock et du punk juste pour plaire à l'assemblée!
Puis tout s'est mis à me sembler
plus mou, j'ai ouï ça d'emblée,
du coup j'étais mal tombé!
Les plus fous se sont mis à trembler!
Mais jusqu'où va-t-on s'arranger
avec le camp qui a tranché
en notre défaveur, quand viendra l'heure pour nous de se venger,
et de voir tout ça changer,
on a assez donné à manger
aux PDG de majors avec les marges qu'ils ont engrangées
pendant que nos gars flanchaient!
Tandis que le rap français
explosait les ventes, j'ai eu vent de ces rappeurs qui ne voyaient pas la couleur de leur argent, j'ai
entendu les uns se ranger, et vu les zinzins se manger
des murs, et les impostures faire d'eux des étrangers,
exclure les ex-puristes, les mecs durs les expulser,
et tu le sais: on les a remplacés par ceux qui ont sucé
un certain Laurent B., et Fred de Planète Rap dans l'enjambée,
après ça, ils ont du succès, mais pas de quoi dormir en paix!
Si réussir et être sous les feux de la rampe est
conditionné au fait de ramper, je préfère décamper,
et camper sur mes positions, et quand t'écouteras mes chansons
tu sauras qui elles sont censées représenter:
L'1consolable, incontrôlable, donc impossible à fréquenter!
Et avec leurs conneries j'ai même pas pris le temps de me présenter!
Track Name: Affirmatif (L'1consolable / Gramatik)
Demande-moi si je baise la France, je te dis: oui!
Si je lui laisse sa chance, là je dis: non! Mais je dis: oui!
Si tu me demandes si devant sa souffrance, je m'écris: oui!
Et puis, si je pense ce que j'écris, si vraiment je danse devant ses cris!

Et si tu me demandes si je bande, je te dis: oui!
À l'idée que François Hollande se pende, bien-sûr que oui!
Si cet abruti se distingue de Sarkozy, eh bien: oui!
T'es dingue! Les charters ne décollent que 35 heures par semaine avec lui!

Et si je ressens du mépris, et je dis: oui!
Pour les brigands dirigeant le pays, et oui!
Pour les votants leur en donnant le pouvoir, oui!
J'ai pu voir Chirac se moquant d'autant de naïveté après le 21 avril!

Aussi, depuis je me réjouis,
et je jouis du fait qu'aux chiottes leur bulletin de vote je l'ai tèj', oui!
Qu'on me demande si je dis "non" aux cons: ouaich, dirai-je, oui!
J'évite de suivre les moutons pour tenter de ne pas terminer en méchoui!

Si tu te demandes si je pèche: oui!
Si c'est la paresse que je prêche, pas d'avoir la pêche: oui!
Si j'éprouve de la joie quand je vois que le chômage monte en flèche: oui!
Ma stratégie? Il s'agit de faire de la lèche au CCAS et à la Mairie!

Tu voudrais savoir si c'est vrai? Oui!
Si j'oeuvre ainsi seulement parce que je le fais exprès? Oui!
Si kiffant à tes frais je conserve l'esprit en paix? Oui!
J'essaie de vivre au crochet du contribuable français qui me paie l'ex-RMI!

Tu te demandes si t'as bonne ouïe!
Si t'as bien entendu l'ensemble de mes paroles? Oui!
Si je t'ai mis une belle banane comme Andy Warhol? Oui!
Tu me regardes comme un OVNI, oh oui, et ma musique comme un produit!

Demande-moi si c'est moi et seulement moi qui la produis,
si je suis hostile au possible aux styles imbéciles d'aujourd'hui,
si je vomis sur La Fouine, comme sur Zouk Machine et Jordy
jadis, intemporelle et éternelle est la connerie?
J'acquiesce! Demande-moi si je vis dans un 3 pièces
en comptant chiottes et cuisine, pour 850 euros à peine(!),
si l'adresse de cet appart' pourri est à Paris,
et si c'est sur misère et pénurie que les proprios parient,
vas-y, demande-moi si je me marre quand je regarde Sarkozy,
si ses dires sur l'Islam ont mis Le Pen au chômage aussi,
si je n'ai que mépris pour la classe politique,
tous ces types qui font des crasses un métier et hélas sont prolifiques,
si les masses ne sont pour les flics que si on les horrifie
avec des tas de conneries licites aux effets fort soporifiques,
si j'ai le chic, me glorifie, de multiplier mots et rimes,
et poésie, pour qu'au final les foules, par défaut, se méfient,
demande-moi ce que je fais dans le mois, si
l'excédant de la bourgoisie ne profite qu'à elle et à ses loisirs,
voire si elle observe à loisir, et sans réagir,
l'existence moisie des tas à qui elle en fait pâtir!
Voici la question à 1000 points, l'ami!
Demande-moi si je me plains même si je kiffe bien ma vie, ravi,
si j'ai la manie, cela dit, de réclamer tout plein de trucs en plus,
tu te doutes bien que j'abuse, cousin, que je gratte, m'y applique!
Demande-moi si pour toi je suis un parasite,
demande-toi si pour moi tu n'es pas raciste,
quand tu généralises sur les arabes que l'Etat assiste,
ces RSAstes qui paralysent l'économie, que t'es alarmiste!
Interroge-moi, moi ça me dérange pas, demande-moi si
je lis Le Monde Diplomatique tandis que tu t'informes dans Voici,
si ce n'est pas si facile de savoir ce qui se passe ici
si tu t'obstines à ne lire que les âneries que Lagardère a dites!

A ces questions, je réponds: oui!
Pas question d'être con, non! Car être con, c'est con, oui; pas être con, non!
Que je me moque de toi, mecton, oui,
et que ton ouïe ne te trahisse pas, et que bon oui je m'en réjouisse, c'est le comble, non?!

Demande-moi si c'est "oui"
la réponse à ta question si tu me demandes si j'ai joui
quand les nuits de Novembre 2005 tout s'enflammait, mais oui!
J'étais séduit par l'ampleur de la mutinerie, les pleurs des victimes qui

disaient leur stupeur! Surpris? Oui!
Les trois quarts du pays hébétés, et oui!
Ils n'avaient pas saisi le malaise, le feu les éblouit!
Pourquoi les bougnoules des banlieues se rebellent-ils? La masse trouve ça inouï!

A tout cela, je réponds: oui!
Sans hésitation, sans méditation, je réponds: oui!
Sans tergiversations je réponds, et je sais que j'ai bon, oui!
C'sont des évidences, les vraies questions restant à se poser! En attendant: bonne nuit!
Track Name: L'Aïd (L'1consolable / Vanderslice)
Couplet 1:

Ramène les cailles et les caïds, les braves qui braillent qu'on n'est pas libres,
qu'ils aillent vite s'armer des canifs et charger les calibres!
J'arrive, la piste est salie, les artistes pactisent et s'allient
aux capitalistes, et s'avilissent, et ça se pisse dans les baggys,
ça plie sous les coups de tapis rouges et puis se voûte tels des papys,
ça va au tapis sans que personne ne bouge, aussi subversifs qu'Okapi,
ça rappe avec Bernard Tapie, voit la vie en rose comme Barbie,
se réclame des grandes causes comme Charlie-Hebdo sous Val, comme Klaus Barbie!
J'arrive pour que ça vire, et que chavire ce charivari
de ces artistes avariés qui s'admirent entre eux à Paris,
et qui sont ceux sur lesquels les D.A parient,
je vois que ça ne varie que peu, et ça ne ravit qu'eux, je peux ouvrir le feu lors d'un safari!
Le rap m'a ri au nez quand je lui ai dit que le vrai rap se tarit,
il a postilloné et laissé voir des tas de caries,
mais reste nonchalant, comme Clarence dans Daktari,
comme Cubase sur Atari, comme Jésus sur sa croix, oui!

Refrain:

Les ondes sont envahies de ces chansons qui ont pâli
et dont les auteurs n'ont pas idée d'à quel point ils se sont salis!
Où sont mes cailles? Où sont mes caïds?
Où sont les gars qui nous ont trahi, qu'ils goûtent l'acide?!

Les ondes sont envahies de ces chansons qui ont pâli
et dont les auteurs n'ont pas d'idées, leurs anneries me laissent ébahi!
Où sont les canifs? Où sont les calibres?
Où sont les moutons qui pactisent? Ce soir c'est l'Aïd!

Couplet 2:

Ramène la clique des sales types sadiques, qui affichent des acquis pratiques
lorsqu'il s'agit de faire la nique au capitalisme, n'abdiquent
qu'en cas d'I.T.T supérieure au temps de la vie!
T'étais pas au courant qu'on s'entêtait à donner notre avis
à contre-courant, l'ami?! On vous l'a mis! On vous l'a dit!
On vous l'a diffusé dans les tympans, cyniques comme Fuzzati!
On vous a dit qu'on était fous, vas-y, qu'on maîtrise le Kung-Fu d'Asie,
qu'on méprise la plupart d'entre vous pour leur aphasie choisie!
Comment se fait-il qu'ils soient si massivement réduits
au silence par voie de leur propres choix si moisis?!
Moi, si je les croise, si je les vois, s'ils restent assis, comme à six-
mille lieues de ce qu'il se passe, s'ils sont dressés comme Lassie, je sors la scie,
et je coupe des têtes comme à Louis XVI, je mets des mecs au tapis,
ils se taisent quand mes textes s'organisent, blessent comme une bombonne d'acide!
Ma rime ne s'adresse pas aux gamines, genre La Fouine, genre la team
des victimes passives des major companies!

Refrain:

Les ondes sont envahies de ces chansons qui ont pâli
et dont les auteurs n'ont pas idée d'à quel point ils se sont salis!
Où sont mes cailles? Où sont mes caïds?
Où sont les gars qui nous ont trahi, qu'ils goûtent l'acide?!

Les ondes sont envahies de ces chansons qui ont pâli
et dont les auteurs n'ont pas d'idées, leurs anneries me laissent ébahi!
Où sont les canifs? Où sont les calibres?
Où sont les moutons qui pactisent? Ce soir c'est l'Aïd!

Où sont mes cailles? Où sont mes caïds?
Où sont les gars qui nous ont trahi, qu'ils goûtent l'acide?!

Où sont les canifs? Où sont les calibres?
Où sont les moutons qui pactisent? Ce soir c'est l'Aïd!
Track Name: L'insécurité sous la plume d'un barbare (L'1consolable / DJ Muggs)
Euh, d'abord, j'ai peur de la mort,
et de la vie, qu'en dépit de leurs dissemblances elles ne soient d'accord,
Je vis en France, et j'ai peur de ça aussi,
d'autant plus que le pays sort d'entre les mains de Nicolas Sarkozy!
J'ai peur qu'on ne m'y associe à l'étranger,
peur qu'en terre d'asile on ne s'indigne qu'on vienne nous "déranger",
j'ai peur de ne rien y changer, peur de m'en arranger,
peur que d'autres n'aient plus rien à manger, peur de tout ça: danger!
De la peur, j'en ai! J'ai peur qu'on ait peur de nous,
nous peur de vous, vous peur de tous nous voir debout, oui peur de tout!
J'ai peur, je l'avoue, qu'on ne nous rende fous,
et que personne ne rende de coups, que le futur ne dépende de vous,
et je sais l'attentisme dont vous êtes capables,
l'absence de militantisme dont de fait vous êtes coupables,
l'absence de réaction aux exactions et actions
de prédation de la part des sales cons à la tête des nations,
à l'encontre des fractions les plus précarisées de la population
qui en sont la cible malgré leur fragilisation,
j'ai peur de leur obsession de la généralisation
du chantage aux allocations de leurs appels à la délation,
peur de ma réaction, peur de faire un carnage
lorsque mes munitions se réduiront à un kalash
et quelques balles en partage, au lieu de ces quelques chansons,
qui au-delà de noircir deux trois pages n'obtiennent que peu d'attention,
j'ai peur que ne monte la tension au vu de leurs intentions,
peur qu'on ne reste figés au lieu de leur infliger la sanction!
J'ai peur, dans le fond, que les choses restent telles quelles,
que le système reste un loup assoiffé de sang, et nous des Teckel,
l'écueil est à éviter coûte que coûte!
J'ai peur , je doute, redoute que la terreur nous fasse faire fausse route,
peur des réformes qui passent en Août, sans que personne ne s'en doute,
quand tout le monde est sur la route, ou en train de faire un foot!
J'ai peur que le peu qui le savent ne s'en foutent
tant qu'ils s'en foutent plein les poches, qu'ils empochent ce qu'il nous en coûte,
j'ai peur des dérives sécuritaires, des brutalités policières,
des panthères venant chasser dans la souricière,
j'ai le track, j'ai une peur panique des flics qui nous traquent,
je flippe, de leurs coups de triques, de leurs coups de matraques,
de leurs flashballs, leurs tasers, leurs calibres,
du fait qu'ils te foutent en taule si t'as le malheur de te croire libre,
et libre, hélas, j'ai peur qu'on ne le soit pas plus
qu'un verre qui tombe et se casse, ou que des gosses qui cassent ou brûlent un bus,
qu'un type qui face à une impasse se radicalise,
et opte pour un famas plutôt que pour l'analyse,
ma peur je la canalise en l'écrivant, ouais moi je balise,
d'autres s'adonnent à la tise ou s'abrutissent au cannabis,
j'ai peur que là le paradis ne soit pas à portée de crayon,
que ce que l'avenir va apporter ne soit pire que ce que nous craignons,
peur d'un François comme de l'autre, Hollande comme Fillon,
que nous ne finissions comme France-Soir en se fiant à ces têtes de fions,
à ces filous inféodés aux flus de la finance,
et c'est aux dés que ces fous jouent le futur de toute l'assistance,
et qu'ils tiennent en joue, toujours, et à distance,
pour qu'elle puisse tendre l'autre joue et s'enjoue devant sa pitance,
j'ai peur de leur enthousiasme devant nos souffrances,
peur que nos crises d'asthme soient la raison de leurs cris de délivrance,
j'ai peur que l'espérance ne se tarisse
à l'heure où la résistance est indispensable pour ne pas qu'on en pâtisse
davantage, peur qu'ils n'en tirent avantage,
peur de finir la rage au ventre, impuissants comme des tigres en cage,
peur de leur chantage, vieux de mille ans d'âge, de leur marchandage,
peur que les marchands d'armes et nous ne parlions pas le même langage,
peur qu'on ne s'engage ainsi dans une voie sans issue,
où tous se disputent le bout de gras et s'entredéchirent comme du tissu,
tandis qu'ailleurs les uns profitent du fait que les autres y suent,
les matent à coups de massues, s'assurant de faire le beurre dessus!
J'ai peur de le supporter, par peur des coups reçus
devant tout refus, et d'un jour m'emporter, de tout mettre sens dessous-dessus,
tant de vraies raisons de s'inquiéter en vérité, les J.T jouent la surdité,
les médias mentent et inventent leur idée de l'insécurité!
Track Name: L'iPhone 5 (L'1consolable / Gramatik)
Si j'avais opté pour l'iPhone 5,
si j'étais l'un de ces crétins -pardon, car t'en es peut-être un?!-
mais si j'avais acheté un iPhone 5,
ben je crois qu'Apple trinquerait au fait que je ne sois pas bien malin!
Si j'avais cet iPhone -qui est classe- comme la masse, comme
toutes les victimes de la com de la team de la pomme -des tas d'hommes!-,
si j'étais nase comme eux, si j'étais ça-comme, euh,
ben le bilan désastreux serait pour ma pomme!
Ce serait 700 euros au bas mot
qui seraient passés de ma poche aux leurs si j'étais tombé dans le panneau,
bien que ce ne soit qu'un leurre, si j'étais allé l'acheter au galop,
m'écriant "Quel bonheur!", oui mais ça ne collait pas au tableau
me concernant! Si je l'avais pé-cho, en fin de comptes,
moi je crois que ce serait chaud pour mon compte,
car en matière d'euros je n'ai pas le compte,
à part ça je ne suis pas un blaireau -et ça compte-!
Pas la tête à m'endetter, je serais pas mal embêté,
devoir rester sans becquetter c'est au-dessus de mes possibilités!
Débiter la totalité de mes sous pour des débilités: t'es fou?!
Ce serait l'avoeu de mon imbécilité, c'est tout!
C'est tout vu l'iPhone 5, c'est le 4, mais avec un 5,
c'est comme Hollande, c'est Sarkozy, mais sans Alain Minc!
Attention à ce qu'indique l'apparence, comme dit K.Dick,
pour des raisons pratiques on nous ment de manière systématique!
Apple n'a pas intérêt à ce qu'on découvre
les pratiques de Foxconn, du coup ces sales cons les couvrent!
Ce sous-traitant voudrait tant prouver qu'en gagnant des sous, vraiment
on peut tout défendre, même ce que la législation réprouve:
des semaines de travail de plus de 60 heures sans primes,
la durée légale étant de 49 heures en Chine;
un salaire mensuel de moins de 85 euros,
le minimum légal étant de 26 euros de trop!
Ces miracles, Foxconn les accomplit
grâce à un code de conduite
strict -dans 16% des cas: des coups-,
c'est commode pour résoudre les conflits,
et faire de l'ouvrier le zombie
dont ils ont besoin pour produire à bas coût!
Si j'avais acheté ce truc à la con
dont on nous dit qu'on dépend pour qu'on soit à fond,
qu'on dépense, j'aurais été le complice passif par ma contribution
de la mort de Sun Danyong même si ce n'est pas moi le patron;
cet employé de Foxconn saute comme dans de l'eau
du 12ème étage de sa tour, et se casse le dos,
après avoir été roué de coups à son boulot
par le chef de la sécurité qui n'a pas l'air très rigolo!
Chez Foxconn, il y a quelque chose comme 15 suicides par an,
la direction s'étonne comme il n'y a pas de problème apparent,
mais elle a trouvé la parade à ces incidents
en mettant des filets de sécurité en bas des bâtiments!
Si j'avais acheté ce truc, si je m'étais moi jeté dessus,
si j'étais gavé de pub donc aussi con que les
quantités de gars qui écument les boutiques, trompés
par le marketing, j'eus été un pauvre type comblé:
"Youpi! Et tant pis pour les morts qui ont fait
les frais de mon confort, confinés à leur sort je m'en ferais
moins pour eux que pour moi avec mon iPhone;
à vivre toute ma vie comme un chien, je préfère mourir comme un homme!"
Track Name: Des chiffres et des lettres (L'1consolable / Dr. Dre)
Refrain:

Donc pas de battle, j'men bats de ce que tes gars veulent,
t'habites dans un département à deux chiffres, et t'es pas le seul!
Faut fermer ta gueule, si t'es concerné, ma gueule,
ton adresse m'intéresse guère plus que le dernier-né d'Apple!
Que tu viennes d'Arcueil ou que tu viennes d'ailleurs,
je jugerai de la valeur de ton quartier après coup sur la qualité de l'accueil!
Ca part de là, gueule pas le code postal de chez toi, seule
ta décision de faire scission d'avec cette vision fera que tu feras le buzz!

Couplet 1:

D'où tu viens, je n'en ai rien à foutre, garde-le pour toi,
c'est comme les résultats du foot, je m'en tape de qui gagne le tournoi!
Qui tape l'autre? Qui frappe l'autre? Qui baffe l'autre qui, paf, se vautre?
Qui sera le boss, le ouf quoi? Franchement, je m'en bats les couilles, moi!
Je suis pas le pote d'un gars parce qu'il habite près de chez moi,
surtout s'il me fait chier, moi la géographie et puis ses schémas
j'y ai jamais rien compris, tant pis si je te déçois!
Que tu sois du 9.3 ou du 9.2i, je comprends pas c'est quoi!
Donc je t'en prie, arrêtons le débat ici,
la question n'est pas de savoir si tu es ou pas d'ici:
un code postal, il est rare que je m'y fie, comme au potage de salsifis,
à part pour poster lettres et colis, perso ça me suffit!
Des gars qui rappent des chiffres, qu'est-ce-que ça signifie?
Moi ça me donne aussitôt envie d'éteindre ma chaîne hifi!
Et puis que ce soit le 7.8, ou près de Nice, si t'y vis
c'est le fruit du hasard, batard, on ne t'a pas demandé ton avis!

Refrain:

Donc pas de battle, j'men bats de ce que tes gars veulent,
t'habites dans un département à deux chiffres, et t'es pas le seul!
Faut fermer ta gueule, si t'es concerné, ma gueule,
ton adresse m'intéresse guère plus que le dernier-né d'Apple!
Que tu viennes d'Arcueil ou que tu viennes d'ailleurs,
je jugerai de la valeur de ton quartier après coup sur la qualité de l'accueil!
Ca part de là, gueule pas le code postal de chez toi, seule
ta décision de faire scission d'avec cette vision fera que tu feras le buzz!

Couplet 2:

D'où je viens, tout le monde s'en fout,
et si pas toi ni tes gars, c'est pas grave, car je ferai sans vous!
Je représente pas un bled, moi je me représente moi-même avant tout,
j'habite un peu n'importe où, donc franchement tu veux que je m'en vante où?!!
Pour chanter la gloire de mon tié-quar il faudrait que j'invente tout,
comme tous ces trimards et leurs histoires, oui car on entend de tout,
tentant de tout mettre à profit, aussi je vocifère que ça vend de tout,
surtout de la merde, et les vrais talents se perdent, et on récupère un auditoire sans goût!
Beaucoup de coups de feu pour des noms de rues,
putain j'ai pris un coup de vieux, demain des gamins se tireront dessus
pour un numéro de département,
ou un garnement appartenant à une autre cité que celle où est situé l'autre appartement!
N'importe comment faut qu'on fasse avec,
faut qu'on se clashe, faut qu'on se fâche, même si je n'aime pas ça, mec!
Donc autant me fâcher avec des mecs qui pourront jamais me reconnaître:
"La Terre en force, gros! Nous on baise toutes les autres planètes!"

Refrain:

Donc pas de battle, j'men bats de ce que tes gars veulent,
t'habites dans un département à deux chiffres, et t'es pas le seul!
Faut fermer ta gueule, si t'es concerné, ma gueule,
ton adresse m'intéresse guère plus que le dernier-né d'Apple!
Que tu viennes d'Arcueil ou que tu viennes d'ailleurs,
je jugerai de la valeur de ton quartier après coup sur la qualité de l'accueil!
Ca part de là, gueule pas le code postal de chez toi, seule
ta décision de faire scission d'avec cette vision fera que tu feras le buzz!

Couplet 3:

C'est: cité contre cité, bâtiment A contre B,
quartier contre quartier, escalier C contre D,
CD contre CD,
s'entredéchirer et s'entretuer, plutôt que de s'entraider!
Tu traites les autres de "pédés" car la municipalité
vous sépare, et c'est par là que s'installent les rivalités,
la question n'est pas de savoir si l'on se fait tous exploiter,
mais bien de savoir qui des mecs du 7.7 ou du 9.3 vont se faire déboîter!
Moi, j'ai du mal à ne pas m'esclaffer
devant ta fierté de passer ton temps dans un quartier claqué,
d'un côté, t'es pas content, mais tu prétends le représenter,
au départ je ne pouvais pas le croire, j'ai dû penser que tu plaisantais!
Quand j'ai écouté tes textes, qu'un jour je me suis lancé,
j'ai su que c'était pas de l'humour vu le niveau de ce que tu scandais!
Au lieu de sécher les cours, t'aurais mieux fait d'aller au lycée:
t'aurais su qu'on ne dit pas "Les Ulis en force", mais "L'Iliade" et "L'odyssée"!

Refrain:

Donc pas de battle, j'men bats de ce que tes gars veulent,
t'habites dans un département à deux chiffres, et t'es pas le seul!
Faut fermer ta gueule, si t'es concerné, ma gueule,
ton adresse m'intéresse guère plus que le dernier-né d'Apple!
Que tu viennes d'Arcueil ou que tu viennes d'ailleurs,
je jugerai de la valeur de ton quartier après coup sur la qualité de l'accueil!
Ca part de là, gueule pas le code postal de chez toi, seule
ta décision de faire scission d'avec cette vision fera que tu feras le buzz!

Scratches:
"D'où on vient tu t'en fous, alors regarde ce qu'on fait" (Fabe - "Au fond de nos coeurs")
Track Name: Le guépard (L'1consolable / Gramatik)
Il faut que je te dise: j'ai pas écouté
ton disque! Je redoute le risque d'être dégoûté!
Ton fric conquis, oui, a de quoi dérouter!
Ouf, j'ai économisé le prix que t'aurais pu me coûter!
Et écoute, ça me fait trop kiffer!
Ton beatmaker, je connais pas coeur les prods qu'il fait,
et si je pouvais épargner ça à mes oreilles, ça serait ça de pris,
les oreilles ça n'a pas de prix, donc en gros j'y fais
attention: pas de chansons pas sensées,
de compositions mal pensées, pas de scansions pas dans les temps! C'est
l'abstention de toute écoute, si t'es pas dedans, c'est,
parlant de son, le minimum que l'on puisse demander!
Combien de faussaires me scient, se disant M.C's,
même s'ils ne savent pas rapper, ils savent s'encenser,
et seul Dieu seul sait s'ils sont assez imbéciles
pour coire aux bêtises qu'ils disent et dont on se serait dispensés!
J'ai pensé à ce que tu dis et,
sans vouloir t'offenser, ce que tu dis est
dénué de tout sens, c'est ce que je me dis quand je l'étudie,
oui mais tu le publies! Non, c'est
pas possible d'être autant dans le faux, si?
Comme un capitaliste avec marteau et faucille!
A peine grossi, l'effet produit
affecte l'auditeur, qui, en gros, rit
à tes dépens, ouais, vieux!
Ah, t'es vraiment sérieux?!
Tu t'es demandé qui pourrait te mettre à l'amende, et faire mieux?!!
T'as un voile devant les yeux,
et de la merde dans les yeux,
et t'as de l'herbe que t'appelles "beuh"
dans un joint, ou même deux,
voire trois, quatre, cinq, six, sept, huit, neuf, dix,
ouais, bref, ce que t'appelles "très peu"!
Qu'est-ce-que t'espérais faire avec ce
genre d'état dégueu dans lequel t'es, mec, sans dèc'?!!
Est-ce-que t'as vu la gueule de tes rimes et de tes beats?
Et est-ce-que t'as entendu les conneries que tu débites?
Et est-ce de la mauvaise foi, ou est-ce-que t'es débile?
Et si ton rap marche, fais gaffe, il risque de faire une flébite
lorsqu'il ne marchera plus, que tu ne passeras plus à la radio,
faut que tu fasses la pute pour avoir de la pub, faut des euros,
quand t'en cracheras plus, on te crachera dessus, fais pas l'idiot,
arrête là, t'as vu, vaut mieux que tu repartes à zéro!
Ouais, je fais la guerre aux blaireaux
se prenant pour des héros et des pros, ouais trop
fiers de ce qu'ils savent faire, gros, sous bédo et Kro,
un air plus arriéré que rétro, où chaque couplet est de trop,
où chaque sujet est problématique,
tant il est traité avec une nullité systématique,
une incapacité à penser qui est certes emblématique
de ce que tu fais, pour le vendre au public il faut être gonflé comme un matelas pneumatique!
Il faut du toupet! Dans ce que tu fais tout est
sans intérêt, je voudrais te lacérer, ouh ouais,
me débarrasser de tous tes disques et tous tes couplets,
les foutre six pieds sous terre, c'est leur place, écoute-les!
C'est: phase sur phase, aucune chance que le sens refasse surface!
Tu fais du sur-place, donc pour me faire bouger, il faudra que tu repasses!
Faudra que tu repasses ton auditoire, il est froissé,
je rêverais, moi, que tu repartes, et pourtant je t'ai jamais croisé!
Des fois, c'est le cas du M.C conformiste,
qui se coit hors-pair, et prétend faire du hors-piste,
et se prend pour Dieu le père, mais le résultat est fort triste,
comme une sortie d'usine depuis les années fordistes!
Des fois, c'est le cas du gars juste cynique,
qui ne veut que du fric, et n'a pas de point de vue critique,
puisqu'aussi lucide que l'animateur du Bigdil,
aussi t'imagines le contenu du disque! J'risque
dans tous les cas de couper court
comme pour un discours de Zemmour,
pas de temps à perdre avec ces lourds,
je suis pas du tout disposé pour,
et je te le dis sans faire de détours,
je n'ai rien à faire de tes tours,
de passe-passe, ni de ce que tu fais, pour
conclure, je dirais que je jouerai les sourds!
Hein? J'ai rien entendu
de ton son, le mien j'entends bien, mais le tien, c'est tendu!
On dirait que mes tympans sont
allergiques à tes chansons;
de la technique, mais pas de sens, on
évite d'y être suspendu!
Pourquoi prêter attention
à des gens si prétentieux
avec si peu d'intentions,
d'invention, et tant de lieux
communs, si peu consciencieux
dans ce qu'ils font, si contents d'eux
pourtant, que l'appréhension
que j'ai me rend très anxieux:
je crains que le rap français ne soit dans les mains de ces messieurs
les moins sensés du moment, c'est exclus qu'un jour ils ouvrent les yeux!
Des chances, il y en a très peu,
autant que de rencontrer Dieu,
ou Jésus descendant des cieux,
ou le Père Noël, ou même les deux!
Ouais, je vanne, et je gaze, mais gars je reste sérieux
dès que je parle de tes phases et tas de textes dégueus,
j'sais que je ne suis pas méritoire, vu que je ne peux que faire mieux,
après je suis pas surpris de voir qu'en secret envieux, tu l'es vieux!
C'est humain: t'entends bien que dans mon rap, il y a tout ce qu'il n'y a pas dans le tien!
Que tu te voies comme un "ancien", hélas, ça ne change rien!
Brassens le chantait, le temps n'y fait rien, ce quoi qu'on
puisse faire, il n'y a pas de mystère, et quand on est con, on est con!
C'est là qu'on se quitte, je t'oublierai comme j'oublie plein d'hommes,
t'es insignifiant, comme sous mes semelles une fourmi informe!
T'en étais pas conscient? Ben aucun souci, je t'informe
comme j'irai pas te mettre un com sur M.C-pourris.com!
T'es pas en forme, mais toi c'est toute l'année,
comme un poisson hors de l'eau et même sans doutes pané!
Tu fais style que j'ai un vieux style, mais le tien n'est pas né;
le meilleur moment de ta vie de rappeur, c'est quand tu vas canner!
Cette parenthèse refermée, je disais qu'on se quittait là,
la différence, c'est que je me dis "enfin!" quand toi tu te dis "déjà!",
j'ai déjà assez, en l'état, dépensé de temps pour des gars
ne méritant pas qu'on s'étale autant sur tous ces cas,
d'autant que ce n'est que de dégâts
dont il est question, et qu'à
partir de là je n'ai qu'à
partir et me mettre à l'écart!
J'ai kiffé, car j'ai bien ri durant 4 minutes et quart,
mais là je dois y aller car...
...car je suis poursuivi par un guépard!
Track Name: A la Venise Provençale (L'1consolable / Teddy Roxpin)
Couplet 1:

Si je n'avais pas croisé le chemin de Capucine,
si je n'étais pas venu vivre là, mais resté m'user à l'usine,
si elle n'avait pas su me glisser dans la MJC,
les mardis ces ateliers que j'animais faisaient que les idées surgissaient,
et puis le bistrot-philo sur le travail, l'échange avec Serge,
et je sens que de là émerge une trouvaille, ouais mec ça c'était clair!
Et les rigolades avec Amandine et Rémi,
l'inscription aux CAF dans les temps pile pour pouvoir avoir le RMI,
si je n'avais pas atterri en terre ensoleillée,
où la chaleur invite à rester sommeiller près de son oreiller
afin de vieillir moins vite, si je n'avais pas eu
l'audace d'y venir, que mon avenir m'y attendait je ne l'aurais pas su,
et je n'aurais pas vu ces bêtes de spots dans la ville,
ces bêtes de films au Renoir, et ces bêtes de filles dans la rue,
ces bêtes de potes, tu peux me croire, car les voir je n'aurais pas pu
si je n'avais pas arpenté les trottoirs de Ferrières même si ça pue!

Refrain:

Si dans une case de mes disques je case des caces-dédi,
dans ce cas je dédie et je dis grave "merci" à Martigues!
Si L'1consolable existe, s'il lâche ses rimes
en live et disques, la prémisse eut lieu à Martigues!
S'il quitta les tafes pénibles et Assedic
pour les CAF, c'est qu'il eut l'âge d'éligibilité à Martigues!
Sa vie lui plaît, lui fut facilitée depuis qu'il passait l'été
là où jamais il ne s'arrêtait, pardi à Martigues!

Couplet 2:

Si je n'avais pas mis le pied dans la Venise Provençale,
je me ferais pitié, et direct je dirais: "Ca commence mal!"
Je n'aurais pas découvert Jonquières, L'île, et Ferrières
si je n'avais pas ouvert les yeux pour voir ce qu'il y a derrière:
d'abord les canaux dans la ville conduisant au port,
les bateaux dans Martigues, l'eau courant les rues, les gens marchant au bord,
et le Parc de Figuerolles, la plage de La Couronne
où tu nages face à des géants remplis de pétrole!
Si je ne m'étais pas installé à Paradis Saint-Roch,
qu'aurais-je su des pins, de ces spots qui me rendirent bien croc'?
Aurais-je connu les sessions avec Nico, Quentin et plein de potes?
Dans d'autres conditions, j'aurais vécu d'autres choses bien mais qu'importe!
Martigues m'a fait kiffer! Géraldine m'avait dit de les
rejoindre, elle et Frédéric nous invitaient à dîner,
alors qu'on ne s'était jamais vus, juste pour faire connaissance;
Martigues, pour qui y a vécu, c'est une seconde naissance!

Refrain:

Si dans une case de mes disques je case des caces-dédi,
dans ce cas je dédie et je dis grave "merci" à Martigues!
Si L'1consolable existe, s'il lâche ses rimes
en live et disques, la prémisse eut lieu à Martigues!
S'il quitta les tafes pénibles et Assedic
pour les CAF, c'est qu'il eut l'âge d'éligibilité à Martigues!
Sa vie lui plaît, lui fut facilitée depuis qu'il passait l'été
là où jamais il ne s'arrêtait, pardi à Martigues!


Couplet 3:

Je me rappelle ces belles après-midis à Marseille,
avec Pierre, moi, Serge et Quentin, sans eux ce n'est pas pareil,
et les nuits avec Rémi à Julien Olive, et puis
les pizzas près de chez lui, et si cétait cuit: la crêperie! Et oui!
Et le cycle sur le rap avec Serge et Capucine,
le C.A de la MJC les poils hérissés hallucine,
c'est à ce truc-ci que je connus Hugues et la recherche-action,
ce qui donna lieu à beaucoup de rencontres et d'interactions!
C'est à Martigues que je me décide à faire des concerts,
publiciser ses idées c'est aussi à ça que faire du son sert,
c'est à se demander pourquoi je m'y suis mis si tard,
il y avait Micka à la contrebasse, Thierry à la guitare,
et cette spéciale expérience que fut le théâtre,
en compagnie de Valérie, Thierry, Virginie, Philippe, Marion, et Marc!
Et surtout sans Martigues, comment serais-je à Paris,
aux côtés de la plus belle de mes trouvailles martégales: Fanny?!

Refrain:

Si dans une case de mes disques je case des caces-dédi,
dans ce cas je dédie et je dis grave "merci" à Martigues!
Si L'1consolable existe, s'il lâche ses rimes
en live et disques, la prémisse eut lieu à Martigues!
S'il quitta les tafes pénibles et Assedic
pour les CAF, c'est qu'il eut l'âge d'éligibilité à Martigues!
Sa vie lui plaît, lui fut facilitée depuis qu'il passait l'été
là où jamais il ne s'arrêtait, pardi à Martigues!

Au passage: dédicace à tous ceux vivant sous le ciel le plus pollué du Vieux Continent,
au paradis de la pétrochimie et du profit à tout prix, et ce au mépris des vivants,
à Martigues!
Track Name: Heureux hasard (L'1consolable / Apathy)
Quand j'étais petit, mon père me parlait d'étoiles,
de constellations qu'elles dévoilent, et de voie lactée que les astres dévalent,
il me décrivait les trous noirs et tout ce qu'ils avalent,
j'avais la tête pleine de tableaux célestes pareils à des toiles,
de cosmos et de comètes, d'osmose des planètes,
de Kronos et de la façon dont diverses situations et contextes l'affectent,
j'aimais souvent penser à tout ça sans qu'on me prenne la tête,
malgré le fait que la maîtresse disait qu'il fallait que j'arrête!

Quand j'étais petit, ma mère me jouait du piano,
de Beethoven à Chopin, en passant par Wolfgang Amadeus Zart-mo,
j'ai vibré sur les préludes et fugues de Bach,
oui c'est sûr je kiffais sur ça plutôt que de trimer sur le Bac,
j'avais la tête pleine de notes et de mélodies,
pas les notes de l'école, mais celles d'Antonio Vivaldi,
ma mère m'a dit: "Mon fils, deviens ce que tu veux être."
quand j'ai écrit mes textes en cours et que je fus pris sur le fait!

Quand j'étais petit mon père me parlait de sagesse et de bassesse,
de la faiblesse de celui qui t'agresse, t'humilie, te rabaisse,
et à l'inverse de la force de celui qui traverse les épreuves,
par là-même fait ses preuves et oeuvre d'adresse,
celui qui n'a de cesse chaque fois qu'il tombe de se relever,
lorsqu'une ombre vient l'aveugler, s'efforce de voir clair et de rester dans le vrai,
dont la force réside moins dans le fait de ne pas être touché,
que dans le fait de tenir bon, le poing levé, de ne jamais se coucher!

Quand j'étais petit, ma mère me mettait le vinyle
du Petit Prince, et je m'endormais rarement avant que l'histoire ne soit finie, le
son de la voix de Gérard Philippe berçait mes soirées,
j'ai appris tôt que tôt ou tard il serait trop tard pour se marrer,
entre vaniteux, businessmen, et gens se disant sérieux,
dans le genre ennuyeux les grandes personnes tu peux pas faire mieux,
ainsi j'appris à garder un semblant d'âme d'enfant,
pour que les chapeaux restent pour moi des serpents digérant des éléphants!

Quand j'étais petit, mon père me jouait de la guitare,
composait des chansons, raison expliquant le fait qu'il veillait si tard,
le lendemain il me faisait écouter le résultat,
je n'étais qu'un gamin, mais l'imitant j'ai appris après sur le tas,
la poésie c'est toute sa vie, donc j'en vis la valeur,
quand je nacquis il écrivit:
"Je ne suis pas travailleur
Je n'aime pas la douleur
Je veux pas être chômeur
Je laisse parler mon coeur
Je veux être voleur"

Puis j'ai grandi, et la vie m'a mis des coups,
j'éprouvais le dégoût de voir que les belles promesses, ce n'était que des belles promesses, c'est tout,
mes rêves s'écroulent tandis que le temps s'écoule, et j'ai les boules,
dès que je découvre que tout-à-coup sur vous le destin se défoule,
mes parents se séparent, et par désespoir et chagrin
vient le cauchemard -c'était trop tard- : coma, trauma crânien, et le trépas pas loin!
Moi, vingt ans plus tard, je me réjouis du hasard heureux qui
me donna comme parents ceux-là et fit de moi ce que je suis.
Track Name: BONUS TRACK: Le nombril du monde (L'1consolable / Anomeric)
Refrain:

T'as déjà un pied dans le vide, tu tombes,
t'es pas le nombril du monde,
c'est les chiffres, et les types qui les disent,
c'est le long règne du nombre,
la lumière des spots publicitaires m'a tout l'air d'une ombre,
elle qui n'éclaire que l'enfer où tu sombres...

Couplet 1:

...Où tu sombres à vue d'oeil,
tu t'en vas en bas, que tu le veuilles
ou non t'es le couillon qu'on dépouille, qu'on laissera sur le seuil!
Et à chaque fois que tu gueules,
le PDG d'Apple
se fout bien de ta gueule, et t'accueille avec un nouvel iMeuble,
servant à meubler le vide de ta vie car c'est pas fun,
une vie moisie à en noircir des pages et des tas de feuilles!
Toi t'es fâché, t'as le sum,
amoché, tu t'étales seul,
mais t'es pas le seul, se sortir de là c'est ce que des milliards veulent!
Le système profite de toi et toi tu profites de rien,
ou du peu qu'il t'octroie, en plus tu dis "merci"! De rien!
Ce n'est pas lui qui se soucie de ce que tu deviens,
ni de ta vie de chien qui ne fais que ce que lui veut bien!
L'accumulation de biens
de consommation, ce bien
que tu n'en voies pas bienl'intérêt; c'est que c'est le sien, et non le tien!
Et on le tient,
le coupable du fait que tu ne sois pas bien,
tant que tu voudras bien faire marcher ce truc, et que tu ne foutras rien!

Refrain:

T'as déjà un pied dans le vide, tu tombes,
t'es pas le nombril du monde,
c'est les chiffres, et les types qui les disent,
c'est le long règne du nombre,
la lumière des spots publicitaires m'a tout l'air d'une ombre,
elle qui n'éclaire que l'enfer où tu sombres...

Couplet 2:

...Tu sombres dans les décombres
de ce vieux monde qui s'effondre,
comme une grande part de tes semblables que dans le tas je dénombre!
Depuis que le monde est monde,
aussi vrai que la Terre est ronde,
une poignée de cons s'enrichit sur le compte du plus grand nombre!
Le plus grand nombre est nombreux mais les autres ont les dents longues,
dur de tenir bon, c'est comme courir un marathon en tongs,
le long de rues couvertes de peaux de bananes et de balles de ping-pong,
poursuivi par l'Armée des Vietcongs en plus de King-Kong!
Plus que quiconque, tu te dis, donc, qu'il faut faire quelque chose;
et là-dessus, d'ordinaire, tu cours t'acheter un paquet de choses!
Ca ne soigne pas ta névrose, la vie ne t'apparaît pas très rose,
en plus du SMIG sur ton compte, c'est les armes que tu déposes,
quand tu dépenses tes sous, crédule comme si t'étais saoûl,
perdu comme si t'étais fou, ému comme si c'était tout
pour toi, là tu vois que ces pourritures calculent bien leur coup:
à coups d'euros et d'heures de boulot, t'as la corde au cou!

Refrain:

T'as déjà un pied dans le vide, tu tombes,
t'es pas le nombril du monde,
c'est les chiffres, et les types qui les disent,
c'est le long règne du nombre,
la lumière des spots publicitaires m'a tout l'air d'une ombre,
elle qui n'éclaire que l'enfer où tu sombres...

T'as déjà un pied dans le vide, tu tombes,
t'es pas le nombril du monde,
c'est les chiffres, et les types qui les disent,
c'est le long règne du nombre,
la lumière des spots publicitaires m'a tout l'air d'une ombre,
elle qui n'éclaire que l'enfer où tu sombres...
Track Name: BONUS TRACK: Musiques actuelles et ambitions passées (L'1consolable)
Extraits de la conversation du 22/10/2012 entre L'1consolable et l'association "Réseau Musiques 94".
Track Name: BONUS TRACK: D'auteur à auditeur (L'1consolable / Le MELODiST)
De toutes façons, je crois qu'on n'écoutera jamais ce qu'on raconte:
les programmateurs ont grave peur, et les auditeurs hélas n'ont pas honte!
C'est la "décérébralisation" générale,
une profession de scélérats, qui ne passeront que ceux dont la télé parle!
Mattez les line-ups; est-ce là ce que les gars veulent?
D'autres choisissent pour toi, et tu n'as qu'à fermer ta gueule!
Toujours les mêmes gueules, les mêmes keums, qu'on entend dans les mêmes clubs,
les mêmes singles, après t'as le même jingle!
Moi, j'fais mes ziques seul;
pas de tourneur, pas de manager, pas de bouffeurs
de thunes, de pubs, moi pour l'heure
je fais mes disques seul!
Besoin d'indépendance artistique, et poétique, et politique,
plutôt que de fric pour être prolifique,
ça m'horrifie qu'on glorifie ces faux M.C soporifiques,
les pros ils ne se fient qu'au profil-type que toutes les grosses radios éditent!
Et dites pas que c'est pas vrai: 3 groupes par an se partagent
toutes les scènes de musiques actuelles, les autres jouent dans leurs garages!
Ca fout la rage qu'ils fassent barrage
à nos tas de pages noircies pour faire place à de tels étalages moisis, moi ça m'incite au carnage!
Devant tant de battage médiatique, tant de gavage systématique,
tant de gars lâchent, des bêtes d'artistes tournent la page,
l'adage dit que pour réussir y'a pas d'âge,
mais en attendant il faut réussir à tenir le coup pendant que t'as pas de cash,
à tenir debout malgré les claquages, à tenir bon malgré le partage
inégal du temps d'antenne, bien que ça ne marche
pas pour des centaines de milliers, très bien pour quelques-uns,
souvent les plus consensuels, et les plus bêtes, je plains
tous ceux qui s'entêtent à mettre le sens en tête,
à mettre du sens dans le texte: ils deviennent gue-dins!
Les amateurs de ce pain s'embêtent, trouvant le bon pain en miettes,
pendant que les consommateurs de baguettes, eux, ont fait le plein,
les fortes têtes ne mangeant pas de ce pain-là crèvent de faim!
Est-ce la fin du rap, le vrai, celui d'Hotel Impala?
Je n'ai de refrain que le retour sans fin des mêmes palabres,
je m'alarme qu'ils soient en train de trancher la branche sur laquelle je me tiens, donc j'abats l'arbre!
Que tous ces batards aillent au diable s'ils croyaient que je ne ferais pas de vagues;
si je tombe, ils tomberont avec moi, au passage je les alpague!
Depuis le départ, contre eux je bataille, ils devaient croire que je ne serais pas de taille,
mais j'aime ce que je fais, et ça vaut plus cher que la maille!
Ils auraient voulu me laisser sur la paille, voulu que je fusse la faille
sur leur marché du travail que seules les putes acclament,
mais plutôt que ça je fus la flamme qu'ils ne purent pas éteindre,
sur moi ils ne purent pas déteindre, donc je ne vais pas les craindre,
ce marché de dingues, moi je m'en bats les reins, je ne vais pas l'étreindre,
mes sentiments je ne sais pas les feindre, et ces chiens je ne vais pas les plaindre,
si leur perte n'est pas des moindres, qu'Internet est une vraie jungle
où l'on n'accepte pas les pingres; bref les lois, je les tringle!
Hélas c'est loin d'être là mon seul cas: une armée de paincs
met online les timpes que vous signez; je viens d'en télécharger cinq
déjà depuis le départ de ce son, ouais!
Vous imaginez combien j'en ai après dix années d'épargne de données! Je n'ai
qu'un seul regret: les trois quarts de ce que vous me mettez sous le nez
ce n'est pas ma came, et au bout d'un couplet je suis saoulé!
Mais où les vrais M.C sont-ils? C'est vrai, merde, qui sont-ils?
Ici on ne signe que de la merde, ça on le sait, mais qu'y font-ils?
Qui compte y remédier? Y sont-ils donc insensibles?
Car inondés de merdier, ce qu'on entend n'est pas terrible!
Et je trouve ça pénible, ça m'épuise, ça me déprime,
ça me détruit que ce soit les pires qui réussissent à séduire,
à être pris pour faire de la scène, puis que leurs disques on achète, oui,
que les gens pensent que ça s'explique par le fait qu'ils
ne feraient pas de la merde, puisqu'ils feraient de la bête de zique,
vu que c'est ce que disent les dresseurs de ces bêtes de cirque!
Ils omettent de te dire le montant du budget promo,
autant d'argent qu'ils mettent pour que les gens achètent tels des robots!
Créer des désirs trop gros pour que la raison leur résiste:
pour tous ces types, c'est le topo; ce sont en gros des anesthésistes,
scléroser tes réseaux neuronaux, te mettre sur la mauvaise piste,
et abuser de ta sono tel est ce pourquoi ils existent!
A force, les uns se désistent, c'est atroce; certains résistent,
s'efforcent de faire des disques féroces, malgré les risques
énormes: privés de playlists et de com, en fait de sévices,
ces hommes t'infligent l'éclipse, et te somment de faire des hits!
Mais "désolé", moi je ne pourrai pas faire de la merde,
quitte à m'isoler, je préfère rigoler de ce que ces gars perdent!
Faire du "Sexion d'Assaut" ou bosser pour Dassault, c'est la même:
vendre ses fesses au système, faire la soupe que les masses aiment!
Aussi n'ont-ils pas idée de ce qu'on affronte
lorsqu'on reste fidèle à soi-même -encore faut-il que ça compte!-,
ils pourront dire que je suis jaloux, envieux, ou juste re-lou, que quand même j'ai "pas honte",
tu t'en doutes: je n'écouterai jamais ce qu'ils racontent!