L'1consolable est payé à leur dire d'aller se faire foutre

by L'1consolable

/
  • Streaming + Download

    Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.

      €5 EUR  or more

     

1.
2.
3.
4.
5.
03:26
6.
02:43
7.
8.
9.
10.
09:16
11.
12.
13.

credits

released August 8, 2014

Paroles et musique de L'1consolable, sauf "Le chant des morts-vivants": paroles de L'1consolable / Musique: Blanka (La Fine Equipe), et "Portrait d'un pauvre type": paroles de L'1consolable / Musique: BBZ Darney.
Mixé par Miloud au studio G-POINT (Paris).
Masterisé par Blanka (La Fine Equipe) à Kasablanka (Alfortville).
Photo pochette: Benoît Yin.
Graphisme pochette: Gaëlle Yin.
Site web: www.l1consolable.com
Suivez L'1consolable sur Facebook: www.facebook.com/pages/L1consolable/199333715922

tags

license

all rights reserved

about

L'1consolable Paris, France

De bons vieux beats hip-hop matinés de jazz, de blues, et de bossa-nova côté musique, le travail aliénant et la critique de la société de consommation côté textes, L'1consolable chante la violence d'une société qui la pratique au quotidien tout en la prêtant à ceux qui se retournent contre elle. Il chante sa désertion du marché du travail et des supermarchés, ainsi que son goût pour la paresse. ... more

contact / help

Contact L'1consolable

Streaming and
Download help

Track Name: Juste à cause de la CAF
On a a la CAF mais c'est bien celle que vous savez:
celle où nous voudrions tout casser à coups de pavés,
le RSA nous coûte d'y être traités de dépravés,
les coups qu'on prend finiront par faire de nous des tarés!
J'ai un budget: 600e par mois pour payer
la bouffe, les charges, et 425 euros de loyer,
je suis né en France, mais je me sens pas tellement français,
ils voudraient que je me réinsère, au contraire j'essaie de les distancer!
Ca ne les fait pas rire parce qu'ils se sentent agressés,
avec les 4000 francs que je prends, ils ont peur que je puisse m'engraisser
sur le dos de Dassault, Pinault, Lagardère et Bolloré,
ils ont peur de me voir causer la chute de leurs parachutes dorés!
J'ai des messages destinés à ceux qui voudraient m'acculer:
"Plutôt crever que reculer" et "Allez vous faire enculer!",
j'ai des dossiers sur la façon dont ils traitent nos dossiers,
nous poussant à ouvrir nos gosiers pour devenir grossiers,
les faux motifs qui soit-disant motivent nos exclusions,
les dommages dont on hérite, l'interruption
du versement des allocations sans aucune solution,
à court ou moyen terme la notion d'aide n'est qu'une illusion!
Marre de vivre comme en Grèce, tandis que les fautifs s'engraissent,
chez la jeunesse on manque de considération!
Paralysie et manque d'argent,
employés zélés qui nous mentent, qui voudraient qu'on croie leurs arguments,
le sermon qu'on nous sert pour justifier ce qu'ils vont nous faire,
la précarité financière dans laquelle ils nous enserrent
à chaque occasion; tergiversations pour nous filer le fric, débats,
vise les dégâts des malversations:
crever de faim, pas de thunes, pas une, les mois qui passent
à en perdre la raison, pour que ça se dénoue il faut qu'on les menace,
il n'y a pas de raison, le merdier dans lequel ces gens te mettent,
c'est pas eux que ça embête quand les temps sont durs et que tu t'endettes;
l'Etat qui baisse des tas d'aides que t'as, qui te baise, et toi
qui rêve de meurtre, qui te dit que si t'en croises un parmi ces automates
par millions, tu le refroidis à coups de couteau,
et tu vis dans l'espoir que lui se fasse avoir
pour ta vie qu'il a détruite sans le savoir...

Du mal à survivre...c'est juste à cause de la CAF!
Track Name: Ron-Pich breakbeat
Et ça fait ron-pich, ron-ron-ron-pich,
et ça c'est le son que je kiffe, son-son-son que je kiffe,
échappé de mon lit, mon-mon-mon lit,
et ça c'est bon, petit, bon-bon-bon, petit!
Oui, mais cela dit je tiens à dire que j'apprécie d'autant plus si je sens que tu signerais bien
pour ce truc-ci, ouais, que t'hallucines!
T'es pas lucide, on dirait que t'as pas vu le film en direct,
que t'as pas l'ouïe fine, on dirait que je t'ai pas prévenu, file
plutôt au bureau, espèce de bourreau de boulot,
t'as la tête sous l'eau, le couteau sous la gorge quand t'es à l'usine!
T'es comme un taureau qui, au bout du rouleau,
irait de son plein gré dans l'arène, pour qu'on le mutile!
Tu me fais de la peine! Non, je déconne: tu me mets la haine tellement t'es conne
-ou bien con, si t'es un homme; faut qu'on oublie personne-!
Si ta mère ou ton père sonnent à ma porte, je les supprime,
pour les punir d'avoir conçu le bébé le plus stupide!
Ton père a du se tromper entre son sperme et de l'urine,
ou bien ta mère à ken un âne, avec Van Damme en featuring!
Pendant qu'tu deales ton temps, pour pas plus de mille euros,
ce qui vite te rend mécontent, espèce d'abruti, de gros
con, moi je prends du bon temps, je sors pas du lit; le repos
m'ennivre, et je kiffe longtemps, quand toi tu te ruines le dos!
Je fais ron-pich, et je m'en fiche des on-dits,
je fais le con, je triche, et je m'entiche de mon lit!
C'est bon! Je kiffe et j'en jouis, j'ai pris le bon pli!
Pour éviter le conflit, à la CAF je dis des tromperies!
Eux, ils ont pas comprisque je suis pas le bon citoyen modèle, qu'on ne s'y
trompe pas: je suis accompli...
...mais en matière de mensonges, oui, de contes qui
sont destinés à éviter qu'ils ne se rendent compte que j'y
gagne, qu'c'c'est stylé, faut que j'esquive les contrôles, oui, les cons qui
trouvent pas drôle que je pionce, roupille, puisse respirer les jonquilles!
Et alors?!! Je suis un conquistador
de mon temps, oui j'adore
prendre mon temps, puis j'abhorre
perdre mon temps, ce qui d'abord
veut dire que je suis pas un demandeur d'emploi, ni d'emploi du temps!
J'ai pas besoin que d'autres s'emploient à me dire quoi faire, même à mi-temps!
J'ai pas besoin d'un tyran, ni de ses plans palpitants,
ni qu'il me dise quand faire quoi, bon sang, j'ai pas huit ans!
Etre obéissant, je trouve pas que ce soit épanouissant,
et si pour toi oui, sache toutefois que moi je m'épanouis sans!
C'est trop puissant de se mettre au lit sans s'inquiéter du temps,
en lisant un bon Frantz Fanon ou un Edouard Glissant!
Je te le dis sans penser à être vexant, mec, sans dèc', sans
vouloir être blessant, suis mon exemple et sens
combien mon quotidien est séduisant,
comparé au tien, qui semble bien être un échec cuisant,
être traité en chien, tu sens bien que c'est peu reluisant,
perso je m'abstiens, car le turbin c'est épuisant!
Donc moi -la classe!- à la place j'écris des cartes à la classe:
j'ai pris des cance-vas à la CAF, et te dis que je laisse le taf à la masse,
et puis -là, je paraphrase mes dires- je reste sous le drap, toi le mois passe,
et dire que ça te plaît pas, le taf t'agace, mais que t'y resteras, moi ça me casse
les couilles que t'as pas pour quitter ton taf! Pas de cul!
T'as plus qu'à faire le piquet, et occuper ta place, je crois que tu
n'as plus qu'à te faire niquer, et imiter la masse, car tu
n'as qu'une chose à l'idée: amasser de la caillasse -la plus
grande quantité possible
vu que tu comptes acheter les produits
dont le fabricant te prend pour cible
car il sait que ton fric c'est pour lui-!
Ce qui lui permet de financer ses prochaines campagnes
pour je ne sais quelles nouvelles sandales, ou bouteilles de Champagne,
ou quelque objet-poubelle dont ils ont le toupet de dire que c'est vendable,
ou même que c'est indispensable -je dirais que c'est rentable, c'est tout-!
Même que toutes les sous-merdes qu'ils te vendent vont tomber en panne
au bout des courtes semaines où c'est couvert, ouais c'est presque immanquable!
C'est certes impensable! Et pourtant, si t'achètes un portable,
tu vois qu'au bout de quelques temps ça se jette, c'est difficilement supportable!
Tu le supportes mal, et ça te prend la tête: la déception est totale
quand ce que t'achètes n'est pas potable!
Mais "No man, no cry!", verse pas de grosses larmes car c'est normal,
l'obsolescence se programme, et même si c'est pas moral!
Et même si c'est de la marque, et que le produit est haut-de-gamme,
et même si tout de même toi tu raques, et que le délit est notable,
même si l'ingénierie t'arnaque, et même si leurs produits se détraquent,
et même si à force toi tu craques devant cette merde -c'est probable-!
Le problème c'est quand même que t'achètes: sur la planète, y'a trop d'ânes!
Hors de question que moi je me fasse mettre, à ma ceinture j'ai trop de dans,
mais toi le taf ralentit ta tête car en fait c'est un dos d'âne
pour l'intellect car ça rend bête et apprête la cervelle aux pannes!
Et après, tu veux une Logan et un prêt, être abonné au câble et t'as très
très envie d'occases et de rabais: tu veux une vie normale, ouais, pas vrai?!!
Pour avoir le moral, il faut que t'aies l'air car y'a près
de 100 millions de tocards qui te regardent, gros, jasent quoi qu'ils te voient faire;
toi, pris en otage entre tes kiffs et ce que tu dois faire,
mais, vieux, qui fait des affaires? Qui s'arrache les tifs, et galère?
Qui est pris en sandwich entre impératifs et puis salaire?
L'écart te laisse dubitatif, la vie te laisse un goût amer!
Moi, je file entre les mailles des filets, j'me glisse sous les draps, flaire
l'interstice où je pourrais parfaire ma maîtrise de l'art de ne rien faire!
Ca y est, je plie le premier adversaire -l'ASSEDIC-, la CAF je la fais taire assez vite,
j'adresse des menaces à ces types qui font le taf des flics!
Stratégique, j'ai tout mis sur le site, dans la rubrique "fiches techniques",
où j'indique ce qu'il faut faire pour leur faire la nique,
que ces blaires abdiquent, et faire v'là le fric en n'en foutant pas une,
j'ai listé les aides qui existent en France pour prendre la thune!
L'adresse, c'est l1consolable.COM, pas FR!
Pour être payé à rien faire, c'est à ce site qu'on se réfère!
Bon, j'espère t'avoir filé des idées, voire t'avoir décidé
à te désister pour le travail, trouver de vraies raisons d'exister,
et avec ces trouvailles résister, car tu sais qu'on est pistés,
qu'on nous glisse des quenelles et qu'on se laisse fister!
Hasta la vista, baby! Moi, vite fait, je vais m'éclipser
dans mon lit, tu sais que je vais kiffer, s'il te plaît s'ils me cherchent, laisse pisser!
Oui, laisse ces têtes de bites vite s'épuiser,
puis laisse passer ce disque, et mets ce beat qui fait:
ron-pich, ron-ron-ron pich...
Track Name: Exercice de style
L'1consolable distille un style hostile au stylo,
c'est un pître au bic, au micro, le public rit aussi aussitôt
sitôt qu'il cite au moins une connerie, qu'il gole-ri de Lorie, gros,
livre des rimes sordides au kilo qu'il empile tranquille au bistrot,
car il brise trop de nigauds, pisse trop pile au milieu de tous ces idiots,
s'ils n'ont pas tout saisi dis aux types qui écoutent qu'il faut qu'ils se décident, yo!
Je dis qu'au fil de mes rimes j'épuise le lexique de tous tes dicos,
je fais fi de tous tes mythos, je guéris: j'ai les mots médicaux!
J'indique au passage que je ne suis pas sage, mes outrages radicaux
te convaincront de ton té-cô que c'est pas du pipeau!
Hip hip hip houra! Pour le type au micro qui a mis trop de nitro-
glycérine dans son encrier, et glisse ses rimes -c'est le moment de crier-,
c'est le type robuste au micro, qui a des petits problèmes:
ceux qu'on dit "pros" dans les musiques actuelles deviennent vite trop blêmes,
dès l'édito! Dites aux mythomanes que le programme je l'ai dit tôt,
que je l'explicite au début de ce titre au cas où donc à vous de pas jouer les idiots!
J'avoue: j'ai pris trop de coups pour que je puisse faire la paix si tôt,
j'hésite au possible si celui qui m'a pris pour cible me félicite au
final, que je suis le type "au top", "tip-top", ouais capito
que sitôt que vient le blé ils veulent d'emblée faire doubler leurs capitaux!
J'habite au beau milieu de Paris, dors à Denfert-Rochereau,
oui je déroge trop à la règle qui voudrait que je galère dans le ghetto
(ou que je sois levé tôt)! Si la loi le veut, je veux mon neveu que je pose mon véto,
que je lève mon doigt bien haut, poto, que je tourne le dos à l'étau,
car être au courant sans s'être organisé c'est pittoresque,
y'a pas idée! Tu m'as presque fait croire à tes mythos -presque!-
quand tu dis t'horrifier d'un train de vie trop preste,
où t'arrives vite au terminus sans avoir pris trop
de plaisir, sans que tes zygomatiques aient franchement gigoté,
ta thématique étant plutôt de remplir le frigo, t'es
au nombre de ces nigauds,
t'es de ces agneaux attendant d'être transformés en gigots,
et ils sont nombreux! Mon vieux, moi j'y go,
me foutre dans mon pieu, il faut que je termine mon tricot;
j'ai appris qu'au fond n'importe quoi vaut mieux que de traîner là à faire la causette aux trisos!
J'ai fait de mon mieux! Bon Dieu! Je voudrais être isolé de toi
car je te méprise au plus profond de moi d'être prisonnier,
ouais de daigner être pris au piège que toi-même as bricolé,
tu t'es toi-même ligotté, t'es le dernier des schizos!
Et tu t'enlises au plus haut point, quelle bêtise odieuse, oui, quelle sottise, ô,
quel sot, quel idiot, qui lui-même s'avise de s'inciser à coups de ciseaux,
lui-même se vise aux points vitaux, s'entaille à coups de couteaux!
Que faire quand la victime elle-même est le bourreau,
quand elle se goure au bout du compte, court au désastre sans s'en rendre compte?
Je reste sourd aux appels au secours, aux S.O.S de ces lourdauds,
qui se jettent gentiment dans la merde comme de bons petits cours d'eau,
la corde au cou, dommage que beaucoup finissent K.O,
qu'ils mangent trop de coups, car trop figés comme avant le Jeet Kune Do!
Track Name: Le chant des fraudeurs
T'es un dispositif d'aide sociale,
toi t'as des quotas, des gros bras, mais tes caisses vont mal,
moi j'ai des faux papelards, faut pas, oui mais l'être moral,
le tocard en moi s'est tû, je serai plus un mec normal!
La CAF et le tas de connards qui y taffent peuvent aller au diable,
je suis odieux, nerveux et incontrôlable,
payé à rien foutre ou à foutre la merde, L'1consolable
vous chie dans la bouche, et gerbe sur la couche du contribuable!
Je prends en otage la France qui travaille, et ses soldats qui m'assaillent,
dommage je gagne la bataille, le chômage, la CAF et sa maille,
le pays du fromage n'est pas de taille, alors moi je mitraille,
pour aller au taf je n'ai pas le time, il n'y a que la CAF qui m'aille!
Je piste les failles du système, c'est dans ses brèches que je m'installe,
je me trimballe d'aide en aide comme une tringue-bal,
j'ai trop la flemme pour me flinguer dans des tafs à 5 balles,
la CAF me file des coups de pouce; moi je lui fous des coups de cymbales!
Et plein de fois je pète un câble quand les chiens de la CAF m'accablent,
lorsqu'un mois ces dingues croient que j'ai bien de quoi garnir ma table,
l'Etat est bien sympa mais ne se souvient pas de moi quand j'ai la dalle,
ce crétin ne se rappelle que quand je viens armé d'une pelle harceler la dame
de l'accueil, que je fais du vacarme, que je l'engueule,
car sans ça moi je parle seul face à une muraille, ma gueule
lui revient mal, man!
Moi je reviens d'Allemagne, là-bas je squattais le hamac,
nuageux y était le temps, mec, mais pour autant c'était pas mal!
Accueilli par les Chômeurs Heureux dans des baraques
où glande et farniente au programme nous changent des tracas,
troublant les poils dans nos mains moites de fainéants et pachas,
et non c'est pas ça qui me donnera mauvaise conscience, je sais pas toi
mais moi, je m'en branle, moi!
Je maîtrise la liste exhaustive des dispositifs et choses qui
me disposent au kif et me motivent à rester dormir au lit!
Même si ici les rimes c'est pas en -i mais en -a,
j'ai plus le RMI mais le RSA, c'est pas demain qu'on m'y reprendra!
Je suis inactif, pas demandeur d'emploi,
RMIste, pas chômeur sans droits,
hédoniste, pas bosseur sans joie,
et d'office je m'en sors sans toi!
Enfin, façon de parler, va pas quitter ton taf,
ton aliénation me permet de profiter des CAF,
ton imbécilité est sacrément à mon avantage,
m'engage de cette façon à me barrer pendant qu'on te garde en cage!
A ton âge, mon gars, à en croire les sondages,
après tant de temps au taf, la plupart des gens sont barjes,
la plupart des attardés qui ne sont pas au chômage
peinent à voir les choses gagnées devant tant de dommages
et de désintérêt pour la tâche sans intérêt
qu'ils effectuaient sans savoir ce pourquoi ils l'effectuaient, hormis le cash!
Or ils se fâchent, faut qu'ils sachent que l'or vite se casse, l'heure vite passe,
leur vie se gâche, s'oublie pour le fric, leurs envies se cachent!
Ouh oui! Je vous le dis, ils ont une vie de lâches: souffrir, mourir! Mon choix de vie me garde
à l'abri de ces conneries, moi j'en ai vite marre, malappris qui a pas appris à être un trimard,
sans emploi je me lève vite tard!
Je gratte ma guitare, raconte leur histoire, suis leur miroir,
là je remue le poignard dans la plaie si large de ces ignares:
moi, j'ai un paquet d'aides, l'APL et le RSA,
l'ALS et le CCAS et ses bêtes d'aides extra-légales!
FSL et chèques cances-va, CMU et c'est sensas',
j'ai même eu des aides sans que je fasse des demandes pour acheter le transat!
Et je glande, t'as les glandes, t'as les crottes de nez qui pendent,
il y a mes 2 CD qui se vendent, toi t'es décédé vivant de
t'épuiser au taf pendant que je suis sur le divan devant
un DVD de Pierre Carles te ridiculisant, vieux!
Emerveillé d'être àl, je trouve le DVD génial,
le regarder m'aide et me régale, sur mon canapé je rêve et je m'étale!
Dedans il y a des gens qui, comme moi, se font la belle et détalent
pour peu qu'on les appelle pour des tafs, comme toi devant Khaled Kelkal!
Quel calme quand t'éjectes cette belle came qu'est le taf!
Quel drame pour les gars qui te payent mal et t'exploitent!
Mais quelle joie d'être soi des fois, de faire le zouave,
de faire la guerre à ces rats, de faire le poids!
Oui, c'est moi, le flemmard qui s'épargne de faire le taf qui l'exaspère,
je les gratte, puis j'épargne les CAF que l'Etat me verse,
j'y vais, je chiale: "S'il vous plaît, à l'aide!
La vérité, je galère! J'ai ni métier, ni salaire,
j'ai plus de quoi me payer ma bière, je peux même pas gratter ma mère:
elle est morte de la grippe aviaire! En plus, je suis célibataire!"
Là, vite, en général, l'assistante sociale chiale,
aussi elle me donne ma maille -comme si j'allais au travail-,
ensuite, bah je taille! La CAF paiera ma graille,
le Conseil Général mon bail, donc je m'en bats, et donc je baille,
et m'affale sur le sofa contre ma femme, et on fera
comme marlaille des comme moi: sans travail et que l'Etat
paiera! Ca y est, j'éjacule, à l'idée que la bulle
éclate et que bascule un de ces quatre ce qui se passe! Tu le
sais déjà: moi, la CAF, je l'accule,
et je la culbuterai tant que je serai convaincu que l'Etat m'encule!
Tu sais quoi? J'ai pas de scrupules! Je n'ai pas le moindre scrupule!
Chez moi, ne pas gruger l'Etat, on trouve ça nul!
J'récapitule: faut que l'Etat capitule! Fuck l'Etat, quoi!
Sur le vote et la loi, moi je crois qu'il faut faire caca!
Pas toi? Je fraude des tas de fois, quand je paye c'est tes sous à toi,
ou alors c'est les sous à ta mère,
patriote morte à la guerre,
moi, mon pote, je veux pas la faire,
j'ai trop la flemme, là, frère!
Après, je digère les colis alimentaires
dont les contenus judicieusement choisis m'alimentèrent,
compte tenu que moi je suis en guerre contre l'effort, pas envie d'en faire,
mais comme je compte quand même vivre centenaire tu m'assisteras une vie entière!
Connard, t'as l'air de t'en faire?! Tu me cherches? Je suis à Denfert,
C'est là que je crèche, dans un bête d'appart' payé par ta misère, par l'enfer
que tu vis, tu me suis? Par le fruit de ton travail!
Si je te nuis, je te ris au nez et je pisse sur ta cravate,
tu crois que je blague? Je vomis mon riz au lait sur ton bleu de travail,
je te savate à coups de cotisations salariales! Si je te rate,
ton patron te ratera pas, il te frappera, te tapera, te cassera le bras,
comme à chaque fois tu te battras pas, tu te barreras pas, t'es irrattrapable,
et incapable d'avoir le courage d'aller le voir, et là, debout, cash,
lui faire part de tout ce que ses coups vaches ont fait de toi, que du coup t'es fou de rage,
et que tu pars, et que tout ton ouvrage, ben faudra qu'il se trouve un autre barje
pour faire ça, qu'il garde ses sous ce lâche, que t'as la CAF et ton entourage,
toi, que t'es plus à acheter, que tu te lâches, quoi,
que tu te passeras du peu que tu gagnais car t'as retrouvé la joie!
Moi, je sais de quoi je parle, moi je vois ce que j'ai,
que la CAF m'a amené, que le travail saccageait,
que la maille m'a caché: le fait que ce que je voulais c'était rapper,
et que je le remettrais à après, jusqu'à ne plus m'en rappeler!
Le taf, ça rend malade, ça gâche le temps que ça prend,
le temps passe, tu prends v'là l'âge, être lâche: c'est ce que ça t'apprend!
Mais moi, je m'en bats vu que c'était avant,
maintenant je ne me mens pas, et je fais pas semblant,
mon temps je le vends pas, après t'es à cran!
Et l'argent, s'il y en a, je le prends, en chantant:

t'es un dispositif d'aide sociale,
toi t'as des quotas, des gros bras, mais tes caisses vont mal,
moi j'ai des faux papelards, faut pas, oui mais l'être moral,
le tocard en moi s'est tû, je serai plus un mec normal!
La CAF et le tas de connards qui y taffent peuvent aller au diable,
je suis odieux, nerveux et incontrôlable,
payé à rien foutre ou à foutre la merde, L'1consolable
vous chie dans la bouche, et gerbe sur la couche du contribuable...
Track Name: Mes textes
Mes textes sont des armes, mes lettres sont des balles,
mes textes font des vagues donc les mecs cons détalent,
et si mes textes sont des larmes, mes larme font des lacs,
les lacs noient les armes et les âmes des énarques,
et si je parle des énarques c'est que mes textes portent les marques
de nos vies de merde qui se dégradent dans ce système qui se détraque,
et que mes textes portent les traces du colon qui débarque,
de Christophe Colomb qui fait le mac, et que rien ne les efface
-et que mes textes en témoignent!- Les coups laissent des traces,
et quand le passé s'éloigne, nous on se rappelle des crasses,
on se rappelle que l'Eden n'est pas fait pour les masses,
et que les masses ont la haine mais que l'Etat les écrase!
Dans ce cas, mes mots je les crache, même s'ils veulent que je les mâche,
même s'ils veulent que je dégage, bref ils veulent que je les lâche!
Ils sont seuls, cons et lâches, on est jeunes, on est barjes,
on a le sum, ça et l'âge d'ouvrir nos gueules: on les charge!
Mes textes sont des fables où les loups chassent les chiens d'à table,
où les coups atteignent les coupables, des pires coups bas, et de mille dessous de table,
mes textes sont des fables, où les tortues mettent leur pied au cul du lièvre avant le départ,
où dès le départ c'est perdu pour cette ordure de corbeau face au renard:
on connait tous la fin de l'histoire, ce n'est qu'un tocard!
Ce sont des molards -je t'ai dit: je les crache!-,
ces connards je me réjouis si je les fâche,
c'est trop tard, car j'ai joui, je les tâche
mes pages du produit de leur rage quand je les clashe!
Mes textes sont des haches, sont des armes, sont des lames,
sont des Kalash, des AK-47, des chars que le son désarme,
sont de la came, mais sans interdiction pénale,
dans l'espoir que le système crame, pour éviter le drame!
Mais textes sont des trames, des scénarii que je dévoile,
des idées pour mettre les voiles de cette pente brutale qu'on dévale,
se relever avant qu'on ne s'étale, ça me ferait mal de rester àl
dans cet état, ce serait pas franchement l'idéal, je veux quitter cette vie vénale!
Je veux que l'idée te parle pas, mes textes sont des avis de départ,
mais ce sont aussi des invites, faire parts, pour que tous les autres y prennent part!
Mes textes sont des adieux de quai de gare, et je pars à la vitesse du guépard,
je m'égare, loin de la guerre des smicards contre les gars qui font d'eux des trimards qu'on exploite!
Mes textes captent ce qui se passe, et le retransmettent -mate!-,
ce qui se casse chez le peuple français, partent
de ce qui se passe, pas des J.T de Pujadas,
ni des dires d'Elkabbach, BHL, ni des trois quarts
de la presse française qui a le cash, j'attends rien d'honnête de sa part!
Mes textes sont des clash contre CAF, taf, et sur les condés je crache,
je m'en cache pas, c'est sûr les cons je les fâche, t'enflamme pas, car ce qu'après je ponds c'est trash,
m'en blâme pas si quand je réponds c'est cash, je suis comme ça, j'ai la rage contre les tâches
auxquelles je consacre bon nombre de mes pages, pour que tous ces sales cons dégagent!

REFRAIN:

Mes textes sont
dans les poches de mon veston,
des bouts de papier et un crayon,
ça et quelques raisons
d'en faire don,

Mes textes sont
le produit de toutes mes questions,
mes mots rugissent comme des lions,
baisser le crayon pas question,
que je demande pardon?!

Mes textes sont
dans les poches de mon veston,
des bouts de papier et un crayon,
ça et quelques raisons
d'en faire don,

Mes textes sont
le fruit de mes déceptions,
mes mots rugissent comme des lions,
baisser le crayon: pas question!
Track Name: Valse DZ
RSA (Revenu de Solidarité Active)
RMI (Revenu Minimum d'Insertion)
APL (Allocation Personnalisée au Logement)
ARE (Allocation de Retour à l'Emploi)
PAJE (Prestation d'Accueil du Jeune Enfant)
CAF (Caisse d'Allocations Familiales)
AJPP (Allocation Journalière de Présence Parentale)
AL (Allocation de Logement)

AEEH (Allocation d'Education de l'Enfant Handicapé)
AAH (Allocation aux Adultes Handicapés)
FSH (Fonds de Solidarité Habitat)
ASS (Allocation de Solidarité Spécifique)
ARS (Allocation de Rentrée Scolaire)
ALS (Allocation de Logement Social)
FSL (Fonds de Solidarité Logement)

ASPA (Allocation de Solidarité pour les Personnes Agées)
APA (Allocation Peronnalisée d'Autonomie)
ATA (Allocation Temporaire d'Attente)
ATD (Aide à Toute Détresse)
AAD (Allocation à l'Adoption)
ALF (Allocation de Logement Familial)
SPF (Secours Populaire Français)

CCAS (Centre Communal d'Action Sociale)
CPAM (Caisse Primaire d'Assurance Maladie)
AER (Allocation Equivalent Retraites)
AE (Aide Exceptionnelle)
PPE (Prime Pour l'Emploi)
ACCRE (Aide aux Chômeurs Créateurs ou Repreneurs d'Entreprises)
Track Name: 249ème amendement
Je veux pas de retraite, car je crois que le RSA se prête
à ce que le gars qui a ce bête d'avantage se mette
au hamac, rejette quelque effort que ce soit, le mec
le soir ne se met au plumard que dans le cas rare, certes,
où il en part, se lève le matin, mais là je rêve!
Ca me rend barje, je crève à 'idée de devoir peut-être
me mouvoir, ne serait-ce que m'asseoir, faire un quart de mètre;
comme je n'ai pas de maître, de Dieu, il n'y a pas lieu de me mettre
au taf, je regrette! Quand je veux de l'aide, je ne vais même pas les voir, je reste
chez moi, je peste contre la CAF; pas grave, je les contacte par le net,
même pas de lettre, même pas une, même pas deux lignes,
après il faudrait que j'écrive l'adresse, et ça me mine
de bouger mon tas de graisse, de remuer le petit doigt, le reste,
bref, de me bouger les fesses!
Je te raconte pas le mail que je leur envoie: je les insulte!
C'est pas parce que tu me lâches de l'oseille que je te voue un culte!
La paresse? Pour moi, ce sera deux "s", et pas de geste brusque,
je me presse plus depuis ma jeunesse, je dirais même plus: depuis 9 mois avant que je naisse!
Moi, avant qu'on me voie à Los Angeles, faudra que je me lève, quoi!
Avant qu'on me voie là-bas, faudra que l'Oncle Sam se laisse avoir par le RSA,
je verrai ça quand il y aura de l'espoir!
D'ici là, je reste là: faut pas que je me stresse! L'Etat me verse
de quoi me remercier d'être là!
Si ça me plaît, je change pas, s'il te plaît commence pas
à chialer que je gratte sur ta retraite: je suis en cances-va!
Ne m'appelle pas, ne me laisse pas de SMS, de messages:
quand je fais la sieste, je les entends pas,
comme toi le rejet du 249ème amendement sur la réforme des retraites, faut voir ce que c'est!
Celui-là devait faire que les cons qui pondent ça se mettent au diapason de leurs lois,
qu'ils s'y soumettent -pour une fois-!
Ce serait pas le même baratin, les mêmes bobards, le gratin
qui fait la foire! Mais là, ce n'est pas pour demain
-bah ouais, il y a rejet: gars, je te l'ai rappelé via ce texte-!
Moi, je veux pas de retraite, j'ai déjà le RSA, je te remercie
si t'as cotisé pour moi: sympa, re-frè!
A part ça, je sais que l'Etat me paie plus cher une fois sexagénaire,
ouais je sais que ça génère des tas d'avantages de faire de vieux os,
mais ça ne sert que si l'on se garde de s'être tué au boulot!
Moi, je prends pas de très gros risques: je fais que dalle, je traîne au lit,
tandis que ces messieurs dames cotisent pour ma retraite!
Poli, je déclame ce texte que je leur dédicace, de fait, parce qu'ils se cassent le cul pour mon mieux-être!
C'est pourquoi je n'ai moi que faire qu'ils retardent le départ pour la retraite:
je l'ai prise il y a déjà deux siècles!
Et puis le gent-ar je l'ai: merci le RSA! Je l'aime!
Après ça, le minimum vieillesse fera le reste!
Je veux pas de retraite, j'ai de quoi faire la fête,
et toi ne t'inquiète donc pas pour moi -pour toi peut-être-!

REFRAIN:

Je vous parle d'un temps -le temps de la retraite à 60 ans, des "privilèges" d'antan,
que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître -et qu'ils ne connaîtront pas de fait-! (x3)

Je vous parle d'un temps -le temps de la retraite à 60 ans,
Montmartre, en ce temps-là, accrochait ses lilas jusque sous nos fenêtres...
Track Name: Déclaration de haine
Tu m'aimes pas, mais je t'aime pas non plus!
Le pacte de paix, je l'ai pas conclu,
je m'occupe du mien donc occupe-toi de ton cul!
Je sais pas ce que t'as donc cru, mais c'est bien incongru,
car moi, qu'on me prenne mon dû, je te le dis direct, c'est pas mon truc!
Trou du cul, tu peux m'accuser du trou de la sécu, car j'use la CMU
tant que je peux, je ruse, abuse sans en être ému pour autant!
Je jouis de ce que j'ai eu jusqu'ici, et je le justifie pas,
et je continuerai jusqu'à ce qu'il n'y en ait plus,
jusqu'à ce que j'ai bu tout le sang de la France bien-pensante
et ce tout doucement, puis d'un mouvement avoir pris la tangente!
J'ai la gruge, cette sale tendance, tout comme le rap, dans le ventre,
et ça depuis l'enfance, vu que mes parents sont deux saltimbanques!
Dans la famille, on insulte les banques, et bute les branques,
bienvenu chez le trentenaire qui vit aux dépens d'une étudiante,
et des quelques miettes d'un Etat aux finances luxuriantes
que j'ampute du manque du peu que j'ai pu lui prendre en 30 ans de lutte usante,
où j'ai perdu du temps à apitoyer l'assistance
pour qu'au final je puisse prendre de quoi payer des pâtes et ma quittance!
C'est pas immense: à peine de quoi tenir jusqu'à Dimanche!
C'est pas Byzance, aussi vrai que ma chemise n'a pas dix manches!
Tes médisances sont d'immenses mensonges, oui, d'évidence
mes délits, je pense, n'ont pas le pouvoir de nuisance des grands rois de la Finance,
ni de ton silence légitimant ces brigands, quand j'y pense
j'ai envie de t'éventrer vivant, ce serait ma seule délivrance!
Que seraient devenus les puissants dirigeants volant les gens
si les résidents du pays dans le temps imparti avaient dit "non"?
Sarkozy en temps que Président n'est pas un accident,
je sais pas si dans moins d'un an le résultat sera moins traumatisant!
Qui le tyran qui aura cette fois le plus de sympathisants,
assagi de gens, endormi de gens, puis trahi de gens lors du bilan?
Je serais, moi, partisan, de ne pas vivre en victime en se disant:
"Tant pis si c'est ainsi", en inclinant la tête gentiment!
Je suis méprisant envers les débris sans un brin d'empathie,
réticent à aller au tapis même si j'en pâtis,
qu'est-ce-que t'as, petit, à la place de la cervelle? T'as un caddie?
Car si tu t'en servais, tu douterais de tout ce qu'on t'a dit:
que travailler rend libre, que consommer ravit,
et rend la vie aux hommes-objets qui, sur le trajet, se sont trahis!
T'as trop la haine car t'as trop trimé pour pas un radis,
t'as le paradis sous le nez mais t'es trop un trimard -à mon humble avis-!
Donc ton coeur devient rassi, et toi tu deviens raciste,
et tu grossis la liste de ceux qui haïssent ceux que l'Etat assiste,
certes je trouve ça triste, mais je m'abstiens de faire quelque tentative
pour que t'en arrives à changer d'opinion -même de façon tardive-!
T'es trop pas le type à échanger, t'as trop de principes à ne pas déranger
dans tes pensées, je dépenserais trop de salive inutilement, c'est
pas le kif, non, c'est pas comme ça que je m'épanouis!
L'idée, c'est de pas t'y forcer si penser te fatigue!
Je lance les pratiques hostiles quand t'écouter me fatigue,
me lasse inévitablement, je fais tout ce qui est facile:
je t'insulte, je te traite de "pute", oui, je te dis que tu tapines,
que t'as pile ce que tu mérites, fils de pute, suce ma pine!
Je t'impute l'état de nos luttes vuq eu tu joues les gamines naïves,
que tu m'irrites car ta route est pas clean,
j'éructe les mots que je t'assigne, j'exulte quand ils te laminent,
j'imagine te trancher la carotide de mes canines!

Refrain musical.

Couplet 2:

Je prie Dieu pour qu'il ne me mette jamais l'arme à la main,
car avec toi face à moi, je deviens un assassin!
Je ne l'étais pas; j'étais moi, j'étais un brave gars simple,
mais hélas, toi, t'es bien trop sournois, mec t'es grave malsain!
Tu accumules les frustrations, comme les produits de consommation
où tu trouves une compensation à toutes tes privations,
tes chagrins, le sentiment d'inaction qui t'atteint,
le charbon qui t'attend, le patron qui t'a bien prévenu que t'auras rien,
rien de plus que ce dont t'as l'habitude: ton salaire minus,
que les gus de la finance qui t'enculent depuis l'anus jusqu'aux sinus!
Les puissants manigancent tandis que tu dors sous un abribus,
et je pense que t'as de bonnes chances de finir comme Marie Trintignant à Vilnius,
mais tu ne penses qu'au "toujours plus" jusqu'à crever,
jusqu'à oeuvrer dans le sens contraire de celui dans lequel tu devrais,
jusqu'à te sevrer de ce que tu voulais, jusqu'à plus pouvoir te relever,
jusqu'à ramper devant le te-traî qui finit par t'achever,
et je vais pas te plaindre, tu prends tellement de soin à te leurrer
que je me réjouis de t'entendre geindre et que je ris quand je te vois pleurer!
Cette vérité que tu dis que tu détiens, où t'a-t-elle mené?
Loin des tiens! Que t'a-t-elle donné? Trois fois rien -et quelques objets-!
Bah, c'est bien! Ca valait le coup, dis-moi, tu dois bien kiffer:
être privé de voir ses enfants grandir pour quelques billets!
C'est pas la branche sur laquelle t'es assis, mais l'arbre, que t'as scié,
que satisfait tu es allé incinérer dans ta cheminée!
Puis tes états d'âme t'asphixient: t'as fumé ta vie,
perdu tes amis, quant à ta femme, t'as vu elle est partie!
C'est bien beau d'avoir deux voitures, trois télés, et quatre ordis,
mais je suis pas sûr que ça remplace une famille en harmonie,
or dis-lui ce qu'il en est, puisqu'en vrai tu l'as jamais compris,
t'as choisi seul, mais c'est tes proches qui en paient le prix!
T'as privilégié ta gueule, tes poches, mais quand t'as fait le tri
t'as pas pensé à quand tu serais seul, le corps moche, le coeur flétri!
Seul, tu t'es pris une gifle dans ta gueule, et c'est bien:
réfléchis donc à tes choix de vie avant de critiquer le mien!
Surpris? Tu te rappelles hier quand tu faisais le malin,
à me reprocher de pas faire de câlins à l'ordre auquel tu te plies, hein?!!
Le supplice sera au-dessus de tes moyens, sera plus dans tes prix,
tu rangeras ton argent, lui dont pourtant tu étais si épris!
Rien ne rachètera tes crimes, ni ne t'arrachera à tes cris,
et moi je prie pour qu'il t'arrive tout ce que je t'ai prédit dans mes écrits!
Ce n'est pas Dieu qui te juge, petit con, c'est la vie qui te punit,
ce n'est pas elle qui te gruge, fiston, c'est toi-même que tu subis,
après tant de zèle, c'est le déluge que t'affrontes quand tu te sens démuni,
après la tempête, plus de refuge, la honte, puis la peine qui surgit,
pour sûr j'y assisterai avec délectation dans l'unique intention
de voir ce truc-ci te niquer comme tu niques mes passions
quand tu t'y mets! J'aime pas le ton que tu prends, ton attitude, tes arguments,
ton habitude de te croire plus grand juste parce que ton cul, toi, tu le vends!
Et donc c'est à cause de toi que rien ne changeât toutes ces années durant,
vu que t'es tellement soumis que tu rends le peu que je demande virulent!
T'as tellement souri au patron même en titubant, lui t'a nourri contre du temps,
t'as fait la fourmi, donc c'est lui le plus grand!
Tu joues le petit, donc lui joue le sultan, tu te mets sous lui donc lui se met dessus, quand
il le peut il te pourrit, hurle en t'insultant!
Tu le fournis en ouvriers des plus indulgents, sous-payés et qui n'ont plus le cran
de crier quand rien ne va plus, non!
Eh, Dugland, tu peux y passer, personne s'en soucie,
ça sent le roussi pour ta gueule, mais moi je m'assoupis puis je roupille,
ouais, du temps que t'assumes seul tous tes choix pourris,
que tu fasses la gueule quand moi je souris, que tu te casses la gueule vu que t'as le tourni,
et que tu penches vers le linceul, et moi je crie "Youpi!", oui je te poursuivrai comme Droopy
ou comme toute une horde de groupies,
et tu le sens, il n'y aucune chance pour que je t'oublie,
je veux que coule ton sang, je veux une boucherie,
car si tu me hais, je te hais aussi!

Refrain:

(scratches)

"Cause that's established, I fuckin hate you,
I hate your mother and father, because they made you!"

"It's not that we don't like you: we hate you, period!"

"I hate the universe, because it create you
I hate everyone and anything that embrace you!"

"It's not that we don't like you: we hate you, period!"
"I hate you, I swear to God I hate you!"
Track Name: CQFD (Ce Qu'il Faudra Débourser)
Et ça fait 1 pour les banques, 2 pour les banques,
3, 4, 5, 6, 7 pour les banques,
et ça fait 8 pour les banques, ça fait 9 pour les banques,
ça fait 10, 11, 12, 13, 14 pour les banques,
et ça fait 15, ça fait 16, ça fait 17 pour les banques,
et ça fait 18 pour les banques, et ça fait tout de suite moins sur le compte en banque!
Par contre on banque, et ça fait 19 pour les banques,
virgule 9 pour les banques, et c'est la teuf pour ces branques,
et ça fait 20 pour les banques, 21 pour les banques,
22, v'là les flics, au service du fric -donc des banques-,
donc ça fait 26, 27, 28, 29, 30,
ça fait 40, puis 50, puis 60 pour les banques,
75, 100, 101, 120, 130,
131, 140, 150, 160,
sans plaisanterie même si les banques rient, on déchante,
ça fait 200 pour les banques, ça devient indécent, et les gens déjantent,
et en attendant le bain de sang pour ces branques,
ça fait 300, 400, 530,
et puis 1000, 2000, 3000, 4000, 5000, 6000, 7000,
8-9-10 000 pour les banques,
et puis 50, 100, et 250 000 banques feront faillite,
et ce sera autant de fric qui leur manquera,
ça fera 3, 4, et 500 000, 6, 7, et 800 000,
900 000 euros pile que nous pillent les banques!
Et qui veut gagner des millions? (réponse: les banques)
Et comment ils font (réponse: c'est nous qu'on banque)
Le chef d'Etat c'est les banques, et le Sénat c'est les banques,
les Ministères et l'Assemblée et les lois: BANQUES! BANQUES!
Du coup, nous on banque, et on rebanque,
et on rebanque, et on rebanque;
si on s'arrêtait de banquer est-ce-que ces branques de l'Etat enverraient les tanks?
Car ça fait 1, 5, 10, 20, 30
millions d'euros, ouais mon te-po, y'a pas de repos pour les banques!
Les plans de sauvetage, c'est pas ça qui manque, l'argent des gens par vagues immenses,
servant à redresser les finances des banquiers qui trempent
dans des quantités de manigances, puisqu'il y a bibi qui banque,
qui lui ne prête pas mais donne aux banques -vu que l'Etat l'y contraint!-, je manque
pas d'exemples de ces plans d'aide -non!- pour les banques:
360 milliards d'euros -c'est pas de trop pour les banques!-
en 2008 en France, et depuis, oui, le big-bang:
c'est en milliers de milliards d'euros qu'on compte nos cadeaux aux banques,
ça fait 1 millier de milliards, bientôt 2 milliers de milliards,
sans que personne ne crie gare tout le gen-ar part aux banques!
Un jour ça fera des millions de milliards, voire des milliards de milliards,
voire des trilliards d'euros et de dollars pour les banques,
les banquiers seront hilares, le monde entier sera tricard,
les premiers seront multi-milliardaires dans une bonne planque
grâce à l'argent qu'ils ont pris par milliards à de gros trimards
dont je suis et qui finirent par le filer aux banques!
Track Name: Qui?
Qui c'est qui a écouté le dernier Abd al Malik,
qui a réussi à ne pas écourter l'écoute, et se taper sa zique
jusqu'au bout? C'est que c'est lourd, et c'est pourri, et c'est bourré de manichéisme
comme dans "C'est du lourd!" et tout le reste y est identique!
Aussi, qui c'est qui a remarqué que ça fait 3 albums qu'il fait la même?
Qui c'est qui a remarqué que ça fait 3 albums qu'il fait de la merde?
Qui c'est qui a remarqué que ça fait 3 albums qu'il refait Jacques Brel,
sans le talent et sans l'intensité -à part ça, tout est pareil-?
Car je sais pas si t'es allé t'en écouter
un, ou deux, ou trois, mais t'es sûrement dégoûté,
car tout est entièrement dans le premier des couplets
du premier des morceaux du premier des CD!
Le problème dans tout ça, c'est que Jacques Brel est décédé,
et il n'y a aucun de ses dons que l'autre con se trouve posséder,
et il fait des CD, c'est con, vu que sur les radios ses débilités
se diffusent et qu'on ne l'a pas encore trucidé!
Pour que tu te fasses une idée, que dirais-tu d'étudier
le tube de l'été de l'érudit que j'ai depuis dû répudier?
"C'est du lourd", que lui dit, pardi! De lourd, je dis qu'il n'y a que le budget;
le sujet pue, et le truc est piégé dans les pires clichés!
Le but généralement invoqué est d'opter pour le plus simple, ok,
quitte à tronquer les infos convoquées, et quitte même à choquer,
quitte à répéter comme un perroquet ce qui s'est dit au troquet,
quitte à sauter sur les propos de Sarko, s'abaisser à croquer!
Je crois qu'Abd al Malik a compris ce que la France attendait de lui:
qu'il soit un bon noir, qu'il oublie tout ce qui viendrait de lui,
puis que sans le savoir il répète bêtement ce que Le Pen dit:
la France tu l'aimes, ou tu la quittes, tu retournes au bled, petit!
Oui, comme si c'était soit blanc, soit noir!
Il semble y avoir des choses qu'Abd al Malik peine à voir,
blancs sur noirs est le voeu de ces batards, écrit noir sur blanc, va voir
ce que les blancs font aux noirs au Congo ou en Côte d'Ivoire,
comment la France a traité l'Afrique tout au long de l'histoire,
comment la France lui a pris son fric, et puis tout espoir,
comment la France y a mis des flics pour que toute paix se barre,
oui car elle poursuivra jusqu'à ce qu'il n'y ait plus de vie, je crois que tout le laisse croire!
Abd al affabule, tout comme Diam's, dans sa bulle,
et il lave les crapules de leurs actes, les annulent,
mais plus grave, il accuse les plus braves qu'ils acculent,
oui les gars qui le calculent, et savent que la France les encule!
Quoi de plus normal en retour, qu'ils l'enculent à leur tour?
Car au-delà de ça, l'heure tourne, qui viendra à leur secours?
Sûrement pas Abd, je retourne le truc à l'envoyeur pour
savoir s'il a le toupet de dire que "c'est du lourd"!
Ne "jamais basculer dans le ressentiment", c'est
se faire enculer, en baissant la tête gentiment,
le corps maculé de sang croire aux meilleurs des sentiments
de celui qui se tient au-dessus et qui te sourit en tirant!
Abd al Malik loue le cadre tragique où
le père de Madjid souffre le reste de sa vie, ce ouf,
lui, reste statique, courbe l'échine, abdique, pour
un SMIG, sa vie recouvre une tournure tragique, ouille!
Ca me casse les couilles, cette sale race se débrouille
pour que la classe qui les dépouille s'en place plein les fouilles,
amasse la liasse dont ils débarassent les foules,
et brasse des milliards vu que nous on a rien du tout!
Du coup, tu te doutes bien que je soutiens le fou
qui vient de là d'où je viens, de loin, et se fout bien de vous, hein,
se souvient de tout pleins de jours lointains au turbin, et avoue
avoir bien besoin de vos sous à vous!
Cc'est bien, ça, je trouve: l'assistanat! J'approuve!
Mma liberté à moi, je la trouve sur le dos de ceux qui la refoulent,
il se trouve que je m'en fous que tu souffres tant que tu l'as choisi,
comme les personnages de "C'est du lourd" et leurs existences moisies!
Didier Super l'a déjà dit: ils sont pires que les nazis!
Tu veux souffrir? Qu'est-ce-que tu veux que je te dise? Vas-y!
Tu veux suivre les conseils d'Abd al Malik, bah si
je peux me permettre: va te faire mettre par ton maître rassi!
Endure la souffrance, critique pas la France,
tu connais les conséquences: Abd al Malik te met dans
ses clips te ridiculisant, et puis te dit médisant,
verse dans le cliché te visant, et ce sera bien suffisant pour te détruire,
pour alimenter le mythe du type qui mate
les miches des bitches et se couche à 6h du mat',
qui vend du shit, et pique, et ne pense qu'au fric,
aux chattes, aux flics qu'il frappe, et aux Brink's qu'il braque!
Bref, qu'Allah bénisse la frousse de ceux qui bénissent la France
qui nous jouent le cliché "couscous" ou bien du "noir qui pense",
de ces rappeurs de droite qui poussent dans le terreau de la souffrance,
et qui prennent une secousse de défense pour de la délinquance!

Refrain:

Qui c'est qui a écouté le disque
de ces troubadours pathétiques
qui dans le rap viennent pour jouer les flics?

T'es pathétique, t'as pas d'éthique, moi j'écoute pas tes titres!

Qui c'est qui a écouté le disque
de ces pourritures à court d'éthique
dont l'écriture est bourrée de clichés?

J'achète pas tes disques, t'as pas fait de fric, va aux Assedic!

Couplet 2:

Qui c'est qui a écouté le dernier Kery James,
qui fait un éloge du business à l'américaine?
Qui sait, entre McCain, Walt Disney, et Bill Gates,
l'ivresse de richesse, oui mais conforme au système!
Les mêmes modèles qu'ils te servent, les mêmes qu'ils aident,
les mêmes qui perdent, les mêmes qu'ils rejettent,
cette merde s'y prête, mais Kery James
est bête, si bête qu'il aime ce système,
le plébiscite même, et ses disques mènent
celui qu'il berne à faire idem,
oui, faire le fric de cette même manière: la réussite l'y guette!
Mais quelle réussite, mec? Quelles suites? Quelles techniques?
Quel prix je paie? Pour quel type d'effets?
Puis quel type de succès? Tu sais que j'ai une éthique!
C'est dur d'aimer le type susceptible de te détruire,
dont t'endures le mépris, qui perdure, vu que c'est le prix
que tu paies sur le fait que lui t'assure le ness-bi!
T'es pas un dur, juste une ordure, le Messie
pour toi, c'est sûr, c'est cette enflure de Messier!
Partir en vrille et me nier pour des billets?
Non merci, eh, je te laisse te déshabiller,
vendre ton cul à la major chez qui t'as signé,
et vu que le son pue, c'est toi-même qui t'es assassiné,
à t'égosiller, à crier des trucs niais qui t'ont grillé
auprès de ceux qui ont un Q.I supérieur à celui du sanglier,
car on n'en peut plus, de tes âneries et de tes conneries, et
pour l'amour de l'instru, arrête le rap et retourne prier!
Comment t'as pu écrire "Banlieusards", et dire qu'il n'y a pas de hasard,
que si on échoue c'est qu'on a rien dans le falzar,
qu'il ne tient qu'à nous de réussir et/ou de foutre le bazar,
comme si on avait le choix entre un costard et une lame de rasoir?!!
Retourne t'asseoir, je vais t'expliquer comment ça fonctionne,
faut peut-être que tu te questionnes avant de donner des réponses connes,
car peut-être que Dieu t'espionne et voit que t'as le cerveau d'un trombonne!
Ce serait bête pour ta personne, vu que t'as l'air de croire que t'es un bonhomme!
En gros, l'homme est déterminé par un certain nombre de données,
innées ou acquises, mais la prise qu'il a sur sa vie est ruinée,
l'idée qu'il arbitre ses choix libre de toute contrainte, qu'il peut gommer
le déterminisme qui l'anime n'est que le signe du peu qu'il connait,
et conscient de ses désirs mais ignorant de ce qui les cause,
il suppose que c'est librement qu'il choisit les choses,
et se pose en artisan de son succès, ose
prendre la pose en s'envoyant un beau bouquet de roses!
Il s'expose en modèle du self-made man, se pose
comme cette chose tombée du ciel, que Dieu dépose,
la volonté cause d'elle-même, fausserait même les lois de la nature,
pourrait mettre "pause"
dans son système, je cause du même coup à Descartes: René, pose
cette bouteille, pose cette vilaine chose
qui ta raison écarte quand t'en bois de gigantesques doses,
là des glandes pinéales poussent dans tes fantasmes et s'imposent!
Le fait que t'oses l'insinuer ainsi n'est pas une raison pour en faire une vérité instituée,
non, non, non, non!
Mais je laisse les Kery James continuer
à proférer leurs messes; plutôt crever que d'y contribuer!
Si, si, si, si!
Pour lui, réussir, c'est subir, et s'unir au système qui s'applique à nous désunir,
penser à tous les sous qu'on va parvenir à réunir,
et puis se dire qu'il n'y aura jamais assez pour que ça puisse suffire,
rêver du pire! Je me rappelle du clip, à quel point c'était stupide,
faire de la réussite un jeune cupide mais issu d'une cité,
du type chef d'entreprise qu'il faut féliciter,
j'ai plus de respect pour celui qui fait de la mendicité,
ou pour les bandits cités à comparaître, et si t'es
pas content, mec, casse-toi d'ici, t'es pas devant le bon texte!
Va écouter du Kery si t'es pas dans ton assiette!
Décidé à te niquer, à te faire bisquer,
à t'indiquer que tu me fatiguais, je rappe en faisant la sieste!
Comme d'hab, je me lève, je fais le pique-assiette,
je graille en te mangeant la tienne!
Je veux du rab, je m'énerve, je te dis que je suis à sec, je gratte tant qu'il y en a, mec!
Je fais du rap vénèr; Kery, lui, arrête pas de retourner sa veste:
le type est hardcore, ensuite il est plus hardcore,
ensuite il est re-hardcore; eh, pssst! Faut se mettre d'accord avec soi,
avant de vendre des disques ou quoi que ce soit,
avant de prendre le risque de devenir la risée des gars comme moi!
Car, oui, Kery tu me fais rire, et c'est rien de le dire!
Et c'est dire combien ce que tu peux dire, vieux, ne veut rien dire [euh]!
Quand tu dis que c'est: soit t'étudies, soit tu deales!
Je dis que ce que tu dis est débile, car il y a plus de mille possibilités!
Et quand tu dis que tu réussis si tu files droit, que tu suis le cours du film,
je crois que tu frises l'imbécilité!
Et quand tu te dis que montrer ça au fil clip, ça inspire la réussite,
tu ne réussis qu'à les irriter,
les petits de cités à qui tu dédis tes âneries,
débilités, parties de belles idées pourtant,
partant de ce que tu considères pour acquis,
autrement dit que le public visé n'aurait pas le talent requis
par tant de complexité; à qui donc l'expliquer?
Car quiconque sait ce qu'il fait a pigé que les idées
se tapissent d'altérité, s'activent lorsqu'irritées,
elles affinent leurs vérités et affirment leur particularité!
Je vais éviter de trop t'en demander vu que t'es devenu ma risée,
c'est comme un cuistre méprisant que je vais te populariser,
car c'est la raison d'être de cette chanson scénarisée pour te ridiculiser;
s'il te plaît, fais-moi signe si j'y suis arrivé!

Allo Naïm, c'est Kery James "le mélancolique",
je viens d'écouter ton son, ça ma filé de violentes coliques,
puis j'ai viré alcoolique pour tenter d'oublier mes tirades comiques,
mes conneries, j'en fais des cauchemars chroniques!

Refrain:

Qui c'est qui a écouté le disque
de ces troubadours pathétiques
qui dans le rap viennent pour jouer les flics?

T'es pathétique, t'as pas d'éthique, moi j'écoute pas tes titres!

Qui c'est qui a écouté le disque
de ces pourritures à court d'éthique
dont l'écriture est bourrée de clichés?

J'achète pas tes disques, t'as pas fait de fric, va aux Assedic!
Track Name: Le chant des morts-vivants
Refrain :

C'est le chant des morts-vivants
provenant de ceux qui sont encore vivants,
mais dont l'esprit est mort, le corps affalé sur le divan,
devant le petit écran et ses décors enivrants,
comment vivre en étant autant abruti ?

C'est le chant des morts-vivants
nous arrivant de ceux encore vivants,
dont l'esprit se laisse prendre, et le corps est le seul survivant,
pris entre ce qu'ils vivent en trimant et leurs envies,
se privant tout au long de leurs vies d'être bons vivants !

Couplet 1 :

Une plainte lancinante semblant venir d'outre-tombe
s'étend dans le silence de nos villes-décombres, de tout ce monde
sombrant dans le mutisme et l'autisme en moins de 12 secondes,
le temps d'une pub pour une sottise que des tas de bouses secondent !
Dans le piège tous tombent, ouais tous sont des moutons, de vrais gloutons
de tout ce qu'on leur passe pour que l'heure passe ; à quelle vie se voue-t-on ?
Se fout-on de ma face lorsqu'on s'étonne que je fasse face et coupe ton
tas de programmes à la con, que j'appuie une fois pour toutes sur le bouton ?!
La télé fout ton cerveau en l'air, le rend con, l'enterre, pour que toute ton
attention se porte sur les spots de ces couillons,
qui ont l'intention de te dépouiller pour s'en mettre plein les fouilles, on
sait comment ça se déroule : c'est d'inculture qu'est le bouillon !
On vend du temps de cervau dispo pour qu'ils disposent de millions
d'euros, nous on joue pas les héros, on consomme, on est mignons,
complètement abrutis par le supplice de leurs stupides émissions,
après quoi tu te dis qu'acheter des produits telle est ta mission !
Il te faut du fric au plus vite pour que tu puisses faire l'idiot, que tu puisses
te procurer des tas de choses futiles, que dépenser devienne une obsession,
victime d'un complot subtil des grands groupes commerciaux, du style :
tu fais le coup du mec trop lucide, mais t'achètes sans te poser de questions !
Arrête ! T'as la tête pleine de vide, et l'on devine que tes connexions
neuronales se portent mal et transportent fort mal l'information,
pauvre garçon, pauvre type que les médias poussent à la consommation,
la consommation au taf, et le taf à l'aliénation !
Hélas, non, ne rêve pas de ton évasion ! Fais pas le con ! C'est pas bon !
Je n'ai pas l'ombre d'un doute sur ta réaction !
T'es de ces moutons défendant eux-mêmes leur incarcération,
rendus dépendants du fait d'être maintenus dans leur détention !

Refrain :

C'est le chant des morts-vivants
provenant de ceux qui sont encore vivants,
mais dont l'esprit est mort, le corps affalé sur le divan,
devant le petit écran et ses décors enivrants,
comment vivre en étant autant abruti ?

C'est le chant des morts-vivants
nous arrivant de ceux encore vivants,
dont l'esprit se laisse prendre, et le corps est le seul survivant,
pris entre ce qu'ils vivent en trimant et leurs envies,
se privant tout au long de leurs vies d'être bons vivants !

Couplet 2 :

Bien vivre, c'est quoi d'après toi ? Est-ce accumuler des tas
d'objets que t'as achetés, supputant qu'ils soulageraient ton état ?
L'état dans lequel t'es par la faute de tout le temps que tu passes détaché
de toi-même, à faire des tafs d'esclaves, pour ensuite en être là ?!! N'est-ce-pas ?!!
T'es pas bien armé, donc tes pas t'ont mené au trépas,
moi j'opterais pas pour ta vie quée-cla, ton moral étant très bas !
Il n'y a pas de débat pour savoir si t'es bien : tu l'es pas !
Les boules, tu les as bien, et malgré tes biens ta vie de chien tu l'aimes pas !
Non même pas ! Tu te débats, les merdes que t'achètes mènent pas
à cette joie que t'attendais et qui ne naît pas,
ce qui n'est pas sans te décevoir, fallait te voir décliner à
souhait au fur et à mesure que tes souhaits se réalisaient pas !
La publicité t'a excité, t'a incité, t'a conduit à la cécité, t'as
pas pu ou pas su lui résister -et ça depuis le départ-,
le sens critique anesthésié par
la télé-réalité et le JT, et ce que t'as ingurgité au bar,
et les bobards de tous ces connards dont tu te rends compte qu'ils le sont trop tard,
font des dollars sur les tocards dans ton genre qui les croient !
La fréquence de leurs occurrences sur tous les grands médias
fait l'irrémédiable conséquence : l'intelligence décroît !
Oui c'est là le cinéma qu'ils déploient
systématiquement quand ces brigands justifient les lois
servant à pérenniser la domination de l'Etat
sur un peuple lobotomisé à coups de David Guetta !
Guette à côté de toi, sur des tas de gars, les dégâts,
ouais car les capitalistes sont plus balaises que toi comme SEGA !
Si l'on s'égare c'est qu'ils ont les armes pour nous gué-dra,
les morts-vivants sont légion, et les marchands, eux, sont les rois !

Refrain :

C'est le chant des morts-vivants
provenant de ceux qui sont encore vivants,
mais dont l'esprit est mort, le corps affalé sur le divan,
devant le petit écran et ses décors enivrants,
comment vivre en étant autant abruti ?

C'est le chant des morts-vivants
nous arrivant de ceux encore vivants,
dont l'esprit se laisse prendre, et le corps est le seul survivant,
pris entre ce qu'ils vivent en trimant et leurs envies,
se privant tout au long de leurs vies d'être bons vivants !
Track Name: Portrait d'un pauvre type (bonus track)
Balance un beat, vas-y; je balance un titre, pas si
barbant qu'un feat Patrick (Bruel)-La Fouine, ou pire: Passi!
Je fais pas dans la rime facile
moi, j'ai pas leur style basique,
je crois qu'ils rient de leur auditoire et méprisent la zique,
je vois dans leurs clips machistes de bitch-addicts
le signe classique de types fragiles que le fric attire,
pas tant marrants que navrants je crois franchement qu'ils attisent
la haine, les autres en pâtissent, ce tas de merdes se vautrant dans la tise,
et trahissent les maximes et principes
du rap puisqu'ils appuient sur l'aspect le plus fade, oui, font ânerie sur ânerie,
les fans rient, achètent, mais je parie que la fête sera fini si je craue et les traque avec une machette!
Je capterais relativement vite la petite cachette
où ces te-traîs manigancent, je taperais ces petites tapettes*,
jusqu'à ce que tous fassent silence, jesqu'à ce que cesse la nuisance
que leur flot de paroles occasionne; vivre sans ces types: pas bête!
C'est qu'ils parlent de la "puissance", dès qu'ils font des clips la mettent
en images en puisant dans 4x4 et berlines A7,
des 4x4 immenses, des filles en string là qui dansent,
tout ce qui exprime l'attirance pour ce qui a un prix et qui s'achète!
Qui paie la quittance du fait d'avoir loué cette vie-là, t'y penses? Qui lui porte assistance?
Qui fait pénitence? Et qui se rachète?
Sûrement pas le type sans scrupules ayant produit ce rap bête,
celui-là vit dans ce seul espoir d'avoir ce qu'il appète,
connaître la jouissance de remplir son caddie sans
se priver d'aucun produit sans utilité, de conneries hi-tech!
Y'a qu'à ça qu'il pense, vivre avec tout ce petit tas de merdes
que la pub lui amène, lui dit "amen" sans résistance,
se plie aux règles de la finance, et finit par vivre en se
définissant exclusivement par tout ce qu'il acquiert,
c'est sa délivrance de sa vie rence, sa raison donc fera silence, d'évidence,
puisqu'il n'y a que comme ça que ce type sera fier!
Devant ce caprice qui a presque mis le Brésil à sec,
lui se divertit avec bruit, ingurgite sa bière,
une fois le match fini, va se mettre au lit illico presto, reste hostile à tout ce qui sapperait
son divertissement, cette Coupe d'un Monde qui se ment, cette loupe sur l'asservissement
des foules: "Ils n'ont qu'à vivre avec!"
se dit-il, "Vivement que les groupes qui résistent se fassent mettre en prison,
qu'ils arrêtent leur conneries, faut qu'ils admettent
qu'un évènement sportif à très haut budget, c'est sûr, c'est plus attractif que le souci de justice, pas vrai!"
Si le type savait combien là-bas ça urgeait, pourquoi les gens s'insurgeaient,
aux matches leur trouverait-il de l'attrait?
C'est bien possible à vrai dire, à force de s'abêtir, ce gars ne sait que dire "je verrai après", donc je crois qu'il materait!
Etre si stupide, ça me ferait rire si ça me faisait pas frémir à l'idée que des comme lui il y en a des milliards, ouais!
Y'en a des milliards, des pauvres types, des ignares,
ce sont eux qui écrivent l'histoire, tu saisis pourquoi le tableau est si noir!

* tapette: bavard, personne à la langue bien pendue (source: Wiktionnaire).