Une autre fin du monde est possible

by L'1consolable

/
  • Streaming + Download

    Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    Purchasable with gift card

      €5 EUR  or more

     

1.
V'là que l'album commence, y'a là de bonnes offenses au tas d'hommes dont la somme de violences s'étale comme des tas de bornes, des tas de normes d'Etat, somme nos sens d'être atones: c'est la somnolence! L'absence de sens nous assomme, l'indifférence nous va comme un gant, nous ne sommes guère fringants mais personne n'a d'ordonnance pour venir à bout des symptômes, personne ne se révolte ni ne s'informe, personne ne s'étonne plus de rien, c'est chacun pour sa pomme -trop rance-! Et tant qu'à faire une intro, c'est bien beau, mais bien trop commun, gros, faut bien que je profite de l'occasion, que je balance, -ouais plein pot- les infos qui s'imposent et maintes choses, faut bien que je cause, et bien j'ose, mieux vaut prendre de l'avance vu le peu d'artistes qui y participent, s'activent pour que l'info transite, arrive auprès des oreilles naïves, et serve à ce que ceux-là pensent, moi ça m'attriste, tant de rappeurs s'agitent, agissent par capitalisme ils trahissent pour se remplir la panse! Subir la France ça me fout les boules quand j'entends les foules chantant Kaaris et Jul se vantant tant et laissant entendre qu'un viol de temps en temps c'est "cool"! Le temps s'écoule et ces boulets ont tant dépouillé, souillé, foulé au pied la culture dont leur succès pourtant découle! C'est tout le problème, et ça fout le bordel, ouais, la foule croit que, pour le coup, c'est tout ce qu'on sème: le goût pour l'oseille, la course pour de grosses payes, débourser tout pour toujours avoir le plus beau gamos, khey, le mépris, le sexisme qui s'exhibe dans les clips, où les filles se voient très vite toutes réduites -par des types- au rang d'objets, on ne les cite que pour dire qu'elles sucent des bites; veillez à ne pas m'associer aux âneries que ces gus débitent! Je vais vite: y'a tant à dire! Je m'excite: y'a tant à redire! Je médite devant la pire offense faite au rap -je dis ce que je pense-! Eux ne méritent pas la moindre indulgence, ayez-en l'assurance, je fais pas dans la nuance, sachez qu'il n'y a peu de chances pour des feats! Me dépitent aussi les M.C qui posent mal sur des beats, leurs pépites se délitent du fait d'un flow fumeux, s'effritent! Tenez bon, suivez le beat, suivez le son, oui mais dites quelque chose de profond! Quant à toucher le fond: on évite! C'est la forme et le fond, c'est le sens et le son, c'est le choix des bons mots dans la chanson, le rythme ce sont eux qui le font en alternant les termes, en terminant son phrasé en prenant conscience de la scansion! Mais quand est-ce qu'on rend son essence au rap qui, à sa naissance, trouvait son sens dans la diffusion de la connaissance? Il faut de l'élégance pour qu'en même temps que ton cerveau pense tes pieds dansent! Soit c'est le sens qui manque aux mots, soit le flow tend à manquer d'aisance! On se dépense, on se dépasse en défense, on fait face, on s'élance quand, hélas, tout sens de la séquence s'efface! Devant son inconséquence, devant le fait que le rap français casse pas des briques, on fait preuve de persévérance, on fait le taf! Scratches: "Virez-moi ces pantins, ramenez-moi leurs micros!" "Too many MC's take the word "MC" lightly!" "Les uns qui racontent rien; les autres qui oublient le flow!" "I cannot stand no wack MC!"
2.
Couplet 1: Je débute quand le beat part, j'ai plus le temps -il est vite tard-, j'exulte en expulsant mes histoires, mes petites fables, mes grimoires écrits à l'encre grise-noire, mais c'est qu'y voir clair devient méritoire! Plaire à un auditoire de blaires aux préoccupations dérisoires, clairement dirigées vers ce qu'il y a dans le tiroir-caisse, vers ce qu'ils peuvent y voir, et vers ce qu'ils peuvent avoir avec, se moquent de savoir comment chinois et petits noirs sont traités pour fabriquer les accesoires qu'eux acquièrent en bossant 8 heures pour pouvoir y avoir accès le soir, au détriment évident des petites gens s'échinant en Chine en trimant gentiment à leur grand désespoir pour fabriquer les bails comme les iPhone, les iPod; comme les smartphones chez Foxconn, le tableau est noir: 15 suicides par an, ça a pas l'air marrant, va toi dire aux parents pourquoi leur gosse est mort, vont-ils oser te croire?! C'est effarant et navrant, mais l'argent dorénavant est -ce n'est pas tant épatant- le fin mot de l'histoire! Les grandes puissances de la finance, leurs épuisantes nuisances, ça vise en ce sens à asseoir leur victoire sur la concurrence immense que le capitalisme ensemence c'est à qui aura le plus de fric, voire à qui versera le plus de dividendes à ces pillards en baissant les salaires de travailleurs déjà pourtant dérisoires! Refrain: Sans taf, pas de subsistance: c'est made in China! Le taf comme seule existence, c'est made in France! Les suicides chez Foxconn, made in China! Les suicides chez France Telecom, made in France! Crever pour créer un iPhone, c'est made in China! Trimer pour se payer un smartphone, c'est made in France! Tant qu'il y aura le salariat, que ce soit ici ou là-bas, d'évidence il n'y aura pas de délivrance! Couplet 2: D'un bout à l'autre de la Terre, c'est la même chose: même climat délétère, même crainte des gestionnaires que ça n'explose, on arrose les actionnaires, "on" ce sont les décisionnaires sur qui on passerait bien nos nerfs mais leur porte est close, l'état des choses est stationnaire, ce sont les mêmes qui galèrent, des tas de colères éclosent, on mène donc les mêmes guerres pour les mêmes causes: le chantage par le biais des salaires selon les mêmes clauses: "bosse ou crève!", la belle affaire, j'ai dû rater quelque chose! On a des vies "made in China", et ce qu'elles imposent, tout est produit là-bas tandis qu'ici le plein emploi implose, ici on a chômage et dommages que les offres en déclin causent quand là-bas ils sont otages de boulots nases qui occasionnent plein de choses: des vies hard, des myriades de brimades, et puis le taf plus de 60h par semaine, ils triment à haute dose! C'est ça ou crever la dalle qu'on leur propose, pas de RSA là-bas, et gare à celui qui s'oppose! Je suppose que tout ça va mal finir, tu me diras y'a-t-il pire que tout ce qui peut déjà lui nuire: le peuple n'a-t-il pas des vies moroses? Ici, là-bas, victimes -miskines!- de la petite team qui dirige déjà le biz, difficile d'y mirer la vie en rose! Nombreux sont ceux qui triment, peu dénoncent ledit crime, celui suprême, ultime, de faire dépendre la survie d'autre chose que de la vie même! Consommation et travail sont les deux revers d'une médaille qui nous tenaille et que je crains qu'il faille qu'on repose! Refrain: Sans taf, pas de subsistance: c'est made in China! Le taf comme seule existence, c'est made in France! Les suicides chez Foxconn, made in China! Les suicides chez France Telecom, made in France! Crever pour créer un iPhone, c'est made in China! Trimer pour se payer un smartphone, c'est made in France! Tant qu'il y aura le salariat, que ce soit ici ou là-bas, d'évidence il n'y aura pas de délivrance! Sans taf, pas de subsistance: c'est made in China! Le taf comme seule existence, c'est made in France! Les suicides chez Foxconn, made in China! Les suicides chez France Telecom, made in France! Crever pour créer un iPhone, c'est made in China! Trimer pour se payer un smartphone, c'est made in France! Tant qu'il y aura le salariat, que ce soit ici ou là-bas, d'évidence il n'y aura pas de délivrance!
3.
Couplet 1: C'est les Rroms, les musulmans, les hommes les plus sûrement déformés depuis le début sur le plan de cette com que dans la vue tu prends à chaque titre et chaque JT, affligé par l'idée de cet agité, mal vu tant il se "rue sur le blanc", c'est le type dans la merde, c'est le migrant qui a peine à survivre dans la belle patrie des Droits de l'Homme, c'est le gitan que malmène déjà le tyran qui assène les coups qu'il se prend, avec ces avis qui t'assomment! C'est la somme de tous ces discours, ces représentations qui courent les rues, ces rumeurs, ces bruits sourds, tous ces gens qui mentent -ou qui se gourent-, la somme des efforts qu'on fournit pour qu'il soit construit, pour que lorsqu'ils promettent de chasser l'ennemi les foules disent: "Je suis pour"! Ce sont les jeunes des cités, les dépités, les excités, les agités précités pour qui exister c'est résister, ceux que la nécessité conduit à la mendicité, les "assistés" et tous ceux privés de droit de cité dans la Cité! Refrain: C'est l'ennemi intérieur, l'Etat d'Exception, le droit pénal de l'ennemi et de celui qui fait sécession, un état de droit qui va de travers et multiplie les pressions et crée avant tout l'ennemi pour justifier la répression! L'arabe? L'ennemi intérieur! Le noir? L'ennemi intérieur! L'Islam? L'ennemi intérieur! Le banlieusard? L'ennemi intérieur! C'est l'ennemi intérieur qui permet de maintenir la structure de domination antérieure, celle que nous déprécions! Couplet 2: C'est la figure qu'on bâtit, dont ils nous disent qu'on pâtit, qui ne suscite pas d'empathie et pour qui personne ne compatit, c'est la bête au regard sombre, tapie dans l'ombre, applatie, prête à t'y sauter à la gorge ou bien à t'y prendre à parti, c'est le repoussoir que le pouvoir emploie pour nous émouvoir et nous voir soumis à ce foutoir pourri, c'est ce que le pouvoir nous dit pour nous empêcher de nous mouvoir, de voir que tout foire, et que c'est de son fait à lui -pas d'arabes ou de noirs-, c'est ce que l'Etat ourdit, et dont le bilan s'alourdit, tous les bobards qu'on nous dit pour qu'on oublie que l'Etat nous pille, c'est ce qui a nourri le racisme d'Etat, tandis qu'il nous péta il nous en dit des tas et étale en ça toute sa fourberie, et là youpi: y'a la presse, les couv' du Point ou de l'Express, comme l'Etat nous agresse il crie que d'autres provoquent notre détresse! Est-ce bien le migrant qui a un si grand pouvoir de nuisance? Ou l'insistance des uns à le dire est-elle le signe de leurs manigances? Refrain: C'est l'ennemi intérieur, l'Etat d'Exception, le droit pénal de l'ennemi et de celui qui fait sécession, un état de droit qui va de travers et multiplie les pressions et crée avant tout l'ennemi pour justifier la répression! L'arabe? L'ennemi intérieur! Le noir? L'ennemi intérieur! L'Islam? L'ennemi intérieur! Le banlieusard? L'ennemi intérieur! C'est l'ennemi intérieur qui permet de maintenir la structure de domination antérieure, celle que nous déprécions! Couplet 3: L'ennemi intérieur est dans ta tête, ton voisin est dangereux, il faut que tu l'acceptes, ça pète en bas, à droite, à gauche et à l'étage, prends garde à toi sinon les barbares t'écrasent! Mais qui chasse les femmes des plages selon l'aspect de leur maillot de bain? Refoule des sorties scolaires à cause d'un voile anodin? Et d'un air hautain dicte aux femmes comment être libres? Est-ce les muslims? Moi, perso j'en vois aucun! T'as l'air affolé, t'en réfères aux flics, mais ce n'est pas les Rroms qui volent des centaines de milliards au FISC! Travailleur, t'as peur en ces temps de crise, pourtant ce n'est pas un migrant qui a délocalisé ton entreprise! Vise les visages éborgnés, les attaques, chocs, et les mains arrachées, ça c'est pas une pratique de blacks-blocs! Alors, l'ennemi intérieur n'est pas celui qu'on croit: peut-être même que c'est la peur qui est en toi?! Refrain: C'est l'ennemi intérieur, l'Etat d'Exception, le droit pénal de l'ennemi et de celui qui fait sécession, un état de droit qui va de travers et multiplie les pressions et crée avant tout l'ennemi pour justifier la répression! L'arabe? L'ennemi intérieur! Le noir? L'ennemi intérieur! L'Islam? L'ennemi intérieur! Le banlieusard? L'ennemi intérieur! C'est l'ennemi intérieur qui permet de maintenir la structure de domination antérieure, celle que nous déprécions!
4.
Couplet 1: Faudrait qu'on le fasse pour éviter le pire? Je vais éviter de rire! Moi, je le fais pas pour éviter d'être dépité, me dire que si l'élite est à l'Elysée, a décidé de tir- -er, ma docilité imbécile a permis de l'élire! Et tu sais que pour ça je suis pas de taille: renoncer à la bataille, ne pas résister et m'exciter si cette élite m'assaille, faire le scandalisé dès qu'ils détricotent le Code du Travail alors que mon bulletin de vote aurait porté le nom de cette racaille?!! Non, merci! A l'Elysée ou Bercy, Macron n'a jamais été pour moi le signe d'un ciel éclairci, pas même plus que Madame Le Pen, il n'y a rien à faire s'il faut se donner la peine de se mettre en clair à sa merci! Comptez pas sur moi pour écrire, sournois, la fin du récit, c'est pas le type de récit que j'apprécie; c'est clair, net et précis! Pas parce que je suis un imbécile, ou bien que je suis indécis, mais parce que je résiste, et que je sais tout ce qu'on peut faire avec des "si"! Refrain: Scratches: "Le résultat, c'est l'abstention aux élections!" "Si tu t'abstiens..." "...Alors lève la main!" "Tant qu'on continue de voter, et de cautionner le système, ces bâtards tiendront les rennes!" "Le résultat, c'est l'abstention aux élections!" "Si tu t'abstiens..." "...Alors lève la main!" "Classe contre classe, y'a pas d'isoloir!" "J'ai pas d'carte d'électeur!" "Connard!" Couplet 2: On a tout le loisir de choisir entre la peste et le choléra, la bête et le beau renégat, l'infecte et le "on verra", de se faire mettre, d'être en colère, à sec, quand le mec opèrera, c'est couru d'avance, on le sait: le prix se paiera cher, ce qu'aux affaires à l'oeuvre ce soit la vraie ra- -ciste, ou bien le faux laxiste, l'oeuvre on la verra! Pour l'heure, laisse-moi trouver ça triste, d'être en gros terra- -ssé, spectateur de sa vie au théâtre ou à l'opéra! On sait que ce sera le même cas à de très rares détails près, traités comme du bétail, me dis pas que la nuance est de taille, on nous remettra sur les rails si on se risque à checher des failles, on tressaille de crainte, défaille, se fait au fait que le monde déraille, on se fait grave avoir, finit par le savoir, celui qui brandit la menace fasciste ensuite nous la fera voir! Les menaces, les coups de tonfas, les grenades, les foules qu'on bat et le gaz pourront pleuvoir pendant ses phases déclamatoires! Refrain: Scratches: "Le résultat, c'est l'abstention aux élections!" "Si tu t'abstiens..." "...Alors lève la main!" "Tant qu'on continue de voter, et de cautionner le système, ces bâtards tiendront les rennes!" "Le résultat, c'est l'abstention aux élections!" "Si tu t'abstiens..." "...Alors lève la main!" "Classe contre classe, y'a pas d'isoloir!" "J'ai pas d'carte d'électeur!" "Connard!" Couplet 3: Ils nous disent d'aller voter sans faute et qu'il faut s'ôter de la tête de changer la société en mettant le vote de côté, ils nous disent d'oublier la rage éprouvée, tourner la page, et voter pour faire barrage: moi, je voudrais le faire sauter et tous les voir plier bagage, je ferai pas mon devoir, je suis pas sage, je reste pas aux urnes, je suis de passage pour leur dire de m'ôter des listes; si le vote changeait quoi que ce soit, tu connais l'adage: gageons qu'il y a belle lurette que tout votant se verrait menotté! Autant ne pas participer si les dés sont pipés, et tout anticiper lorsqu'ils tentent de nous faire flipper, nous disent que c'est en s'abstenant, autrement dit en tenant bon qu'on fait monter dans le fond les excités du Front National, ils nous font donc oublier qui depuis trente ans a pillé tant de gens pendant qu'ils roupillaient, je laisse le front républicain à ceux qui ont pas sourcillé, les ouvriers bâtissant le pouvoir qui les fera tous plier! Refrain: Scratches: "Le résultat, c'est l'abstention aux élections!" "Si tu t'abstiens..." "...Alors lève la main!" "Tant qu'on continue de voter, et de cautionner le système, ces bâtards tiendront les rennes!" "Le résultat, c'est l'abstention aux élections!" "Si tu t'abstiens..." "...Alors lève la main!" "Classe contre classe, y'a pas d'isoloir!" "J'ai pas d'carte d'électeur!" "Connard!" "Y'a pas d'isoloir!" "Connard!" "J'ai pas d'carte d'électeur!" "Connard!" "Y'a pas d'isoloir!" "Connard!" "J'ai pas d'carte d'électeur!" "Connard!"
5.
Couplet 1: Une autre fin du monde est plausible, à force on connaît nos cibles, sentant que c'est en cendres que tout devient possible, je vomis leurs idées nocives, je crawle, oui, moi je choisis l'autre rive, je jouis de tout ce dont le boulot prive ceux qu'il opprime, ce qu'en gros d'autres vivent, otages, oui, d'une vie trop speed, moi je dis que je suis addict aux kiffs qui au taf sont omis trop vite, j'veux pas d'une vie triste ni trop petite, je fais le choix de joies explosives! Abolissons l'économie! Ma position l'autonomie, en quoi cette voie est fautive? C'est pas le profit qui motive les pauvres types à ce bout de la locomotive, nous n'avons pas les mêmes ressources émotives, ça coule de source et vos kiffs, c'est l'amour des sous, des gros bifs, pour nous c'est que nos minots vivent une vie un peu moins corrosive, qu'ils puissent grandir loin de vos ogives, de vos produits, de votre profit, de vos taudis qu'en gros je fuis, je m'enfuis, qui m'aime me suive! Je conduis, je fonce, oui, je reconstruis tout ce dont le système me prive, que je renonce puis qu'à leur vie si terne je me livre je pense qu'il y a peu de chances pour qu'un jour ça m'arrive, ce tant qu'il y aura deux France: l'une qui coule, et l'autre qui est cool sur la rive, des blessures que rien ne panse, des douleurs qui là te lancent, une vie qui n'a pas de sens, sans intérêt et passive! Ainsi je n'ai pas le choix, je me lance, pour m'en sortir je m'active, leur tentative je la devance, quand je décampe en mode "tente hâtive", je les laisse vouloir mon appartenance, croire en leur victoire -pas de chance: j'assurerai pas la maintenance de nos existences captives!- Refrain: Scratches: "These the last days" "Yeah" "Never seen a sadder sight" "I don’t know" "Heeeey" "You only got one life to live" "Grab the mic" "Make a difference" "We living in the last…" "Yeeeah" "Never seen a sadder sight" "It's everywhere" "God damn this is..." "Bigger than that bigger than rap" "Everyday" "Make a difference" Couplet 2: Une autre fin du monde que la leur immonde est voulue, pour l'heure c'est sur la fin du leur que moi je jette mon dévolu, tant que le monde évolue, au gré d'appétits goulus, dans le sens dans lequel la finance avance quant à elle résolue, avec notre tacite assistance vu que ses manigances sont connues, qu'elle répète avec insistance les mêmes séquences qu'on a trop vues: les employés qu'on licencie, les actionnaires promus, toujours plus d'emplois promis, et de frelots mis au chômedu! Quelle imposture que la posture de ces thos-my tandis que d'autres bossent dur, leur gros culs posés devant un ordi, parient sur nos vies que leur hobby obstrue, ainsi pendant que les autres trichent, les gouvernants font l'autruche, en gros se fichent de nos miches et se fient aux riches car tous en gros grugent, ils nous oppriment, nous dominent, nous répriment, nous ont pris nos bonnes mines les autres rient -les gros riches- quand d'autres triment, s'en moquent, nient en bloc, friment, endoctrinent, embobinent, en gros minent tant de pauvres pris dans ce sordide sens morbide tant horrible d'une existence omise, trop vite révolue! C'est pas joli, j'ai tôt dit qu'on manque d'utopies et de possibles à imaginer, comme par magie c'est le seul monde qui m'est connu! C'est le seul qu'ils nous aient commis, et comme y moisir nous semble promis, on a tout le loisir d'en détruire jusqu'au plus solide des cadres tôt mis autour de nos vies tordues, le FMI et l'agonie -à quoi ne fait rien l'ONU- des pays qui y sont soumis, où le prix de la note est connu, où ils ont tout mis en oeuvre pour qu'on ne puisse pas les porter aux nues! Refrain: Scratches: "These the last days" "Yeah" "Never seen a sadder sight" "I don’t know" "Heeeey" "You only got one life to live" "Grab the mic" "Make a difference" "We living in the last…" "Yeeeah" "Never seen a sadder sight" "It's everywhere" "God damn this is..." "Bigger than that bigger than rap" "Everyday" "Make a difference"

credits

released May 11, 2020

Paroles: L'1consolable
*sauf "L'ennemi intérieur": L'1consolable / Nada
Musique: B.B.Z Darney
Choeurs: Irina Prieto Botella
Samples trompette: Serge Adam
Scratches: DJ PhiLogic / DJ Sticky Snake
Mixé et masterisé par Blanka (LFE) @ Kasablanka
Graphisme pochette: Sylvain Bec
Clip "Une autre fin du monde est possible": Benoît Yin.

license

all rights reserved

tags

about

L'1consolable Paris, France

Auteur, compositeur et interprète de ses morceaux, L’1consolable rappe, sur de bons vieux breakbeats hip-hop teintés de jazz, de blues ou de soul, la violence d’une société qui la pratique au quotidien tout en la prêtant à ceux qui se retournent contre elle. ... more

contact / help

Contact L'1consolable

Streaming and
Download help

Redeem code

Report this album or account

If you like L'1consolable, you may also like: